Sur vos écrans: pour (sur)vivre

Jack Black dans une scène de «Gaufrette et Mochi»
Photo: Netflix Jack Black dans une scène de «Gaufrette et Mochi»

Des triplés, c’est de l’ouvrage !

Canal Vie creuse depuis quelques années le sillon « payant » des docuréalités sur des familles québécoises qui sortent un peu de l’ordinaire, des productions divertissantes, sympathiques mais qui laissent toujours l’impression de rester en surface de ces sujets aussi riches. Pensons à La famille Groulx et à Nombreux et heureux. La chaîne offre un certain renouvellement de cette formule éprouvée avec Trois fois plus, une série documentaire qui s’intéresse cette fois à des couples et à des familles qui ont vu leur vie transformée par l’arrivée de triplés. On y suit le quotidien pas reposant de quatre familles, à différents stades du développement de leur précieuse « portée », qui demande aux braves parents beaucoup d’organisation, de patience et d’énergie. Au-delà du charme un peu échevelé qui émane naturellement de ces tribus pas communes, la série séduit et captive par son exploration sensible et pertinente des aléas, bonheurs et périls de cette triple dose d’amour, qui nécessite de ceux qui en prennent soin des reins solides, autant physiquement, mentalement que financièrement… De quoi réviser ses envies de famille nombreuse.



Trois fois plus
Canal Vie, lundi, 20 h, et Crave (les deux premiers épisodes disponibles) 
   

Apprentis gourmets

Les séries de cuisine de toutes sortes pullulent sur les petits écrans, mais très peu d’entre elles visent spécifiquement un public de tout-petits, alors qu’ils forgent leurs goûts et leurs connaissances sur les plaisirs de la table. Cette nouveauté produite par Netflix, en collaboration avec Higher Ground, la boîte de production des Obama, occupe avec intelligence, humour et tendresse ce terrain moins achalandé, qui fait d’ailleurs écho au programme de promotion des saines habitudes alimentaires lancé par l’ex-première dame. Madame O, comme l’appellent les charmantes marionnettes Gaufrette et Mochi, y joue d’ailleurs la propriétaire d’un marché d’alimentation très accueillant, qui sert de camp de base à nos deux explorateurs alimentaires qui se promènent de par le vaste monde pour découvrir les propriétés et vertus gustatives d’aliments de base comme le riz, le sel, la pomme de terre, le maïs et les champignons. La série en douze épisodes, qui allient les animations rigolotes et des rencontres bien réelles avec des spécialistes, des chefs réputés, des agriculteurs qui partagent leur savoir et leur amour des aliments à l’étude, risque fort de plaire aux cuisiniers en devenir du préscolaire et du début de primaire (ce fut un succès bœuf auprès du public test du Devoir) et avec un peu de chance, les rendra plus enclins à goûter de nouveaux mets.



Gaufrette et Mochi
Netflix, dès le 16 mars 
   

365 jours au cœur de la tempête

Les médias d’information ont eu un accès plus que limité aux établissements hospitaliers pour documenter les effets de la pandémie sur les patients, le personnel et ceux qui gravitent autour du système de santé. Ce documentaire, construit à partir des images captées par l’équipe des communications du CHUM à l’intérieur de ses murs tout au long de cette très longue année, dresse une chronique très éclairante et par moments fort émouvante sur les bouleversements que la pandémie a provoqués dans l’organisation des soins, l’aménagement des lieux (dont la réouverture de l’Hôtel-Dieu), le quotidien des employés et des patients. Un film qui informe et qui remue.


La grande bataille : un an de mobilisation au CHUM
Tou.tv, dès le 15 mars et à ICI Radio-Canada Télé, mercredi, 21 h 

À ne pas manquer

De la danse pour tous les goûts

Télé-Québec poursuit sa lancée de « beaux vendredis » avec un programme triple de danse, capté dans les décors parfois méconnaissables du Parc olympique. Le danseur classique et chorégraphe Guillaume Côté propose en ouverture Nakara, un duo créé durant le confinement en compagnie de Maude Sabourin, puis RUBBERBAND reprend Vraiment doucement de Victor Quijada sur le terrain du Stade, tandis que Louise Lecavalier offre son très beau solo So Blue, pas très loin d’où elle a dansé jadis auprès de David Bowie.


Danse en trois temps
​Télé-Québec, vendredi, 22 h, rediffusion le 21 mars, 21 h 30