«Raqqa, une femme après Daech» : une ville à réinventer

La peur de l’attentat est omniprésente au cours des entrevues de fond qu’accorde cette mairesse fonceuse, mais prudente.
Photo: Planète+ La peur de l’attentat est omniprésente au cours des entrevues de fond qu’accorde cette mairesse fonceuse, mais prudente.

80 %. C’est la proportion de la ville de Raqqa, ex-capitale syrienne du groupe terroriste djihadiste État islamique (EI), qui était détruite après qu’elle fut libérée par les Forces démocratiques syriennes, soutenues par la coalition internationale, en septembre 2017, après de longs mois de combats sanglants. Depuis, cette cité en ruine sur les bords de l’Euphrate est administrée par deux maires : un Arabe et une Kurde. C’est cette dernière, Leila Mustapha, que nous fait découvrir ce documentaire sélectionné pour l’édition 2020 du Festival de Cannes sous le titre Neuf jours à Raqqa.

Ce film de Xavier de Lauzanne (Les pépites) relate la série d’entretiens menés par la journaliste et écrivaine Marine de Tilly en 2019 pour l’écriture d’un livre (paru cet automne sous le titre La femme, la vie, la liberté chez Stock) avec cette jeune trentenaire, ingénieure de formation, musulmane et kurde, non voilée et sans appartenance politique, qui travaille d’arrache-pied pour ranimer et restaurer sa ville, au risque de sa propre vie. Depuis que les Américains ont retiré leurs troupes, des membres du groupe EI sont redevenus actifs dans la région.

La peur de l’attentat est omniprésente au cours des entrevues de fond qu’accorde cette mairesse fonceuse, mais prudente, investie dans sa mission de redonner une certaine qualité de vie aux habitants de sa ville, de permettre à ceux qui se sont exilés de revenir, et d’effacer les stigmates profonds de l’occupation du groupe État islamique, difficile à oublier. Il en résulte le portrait poignant d’une femme courage face à un défi herculéen, consciente de ses limites, mais décidée à les dépasser, qui se termine sur des notes d’espoir.

Raqqa, une femme après Daech

Planète+, dimanche, 19 h 30