En VSD cette semaine - De ténèbres et de lumière

Madison Iseman et Sydney Sweeney dans «Nocturne», récit de deux sœurs pianistes, l’une prodige, l’autre jalouse
Photo: Courtesy of Amazon Studios Madison Iseman et Sydney Sweeney dans «Nocturne», récit de deux sœurs pianistes, l’une prodige, l’autre jalouse

Le chemin parcouru

Alors que juste au sud de chez nous le débat sur le droit des femmes à l’avortement se voit raviver par la nomination controversée d’Amy Coney Barrett comme candidate à la Cour suprême, il est plus pertinent que jamais de regarder le chemin parcouru, tant il est des acquis fragiles. Pour ce faire, le film d’Anne Claire Poirier Le temps de l’avant est tout indiqué. On y fait la connaissance d’une femme (Luce Guilbeault) qui, à 40 ans, et déjà mère de trois enfants, ne souhaite pas mener à terme une nouvelle grossesse. Entre des discussions avec son mari et ses amies, elle mûrit sa décision. Avec aussi Paule Baillargeon. Issu de la série de films « En tant que femmes » et présenté à Cannes en 1976.

Le temps de l’avant 

Gratuit à onf.ca 


 

Route migratoire

Un tout autre genre de chemin que celui des protagonistes du documentaire Destierros, d’Hubert Caron-Guay. Migratoire, en l’occurrence. Le réalisateur privilégie une approche immersive, de manière à faire ressentir la confusion, le désarroi et la peur de ces gens partis du Sud pour atteindre le Nord états-unien ou canadien, mais favorisant ainsi vis-à-vis d’eux un sentiment d’empathie. À noter que le mot destierros signifie bannissement. En toile de fond, un surcroît d’incertitude et d’urgence lié à l’approche de la dernière élection américaine. Sachant que l’on se trouve à l’aube d’une nouvelle…

Destierros

Gratuit à tfo.org


  

Arpèges funestes

Octobre, c’est le mois de l’Halloween, et donc celui du cinéma d’épouvante. Sorte de magnat du film d’horreur à petit budget mais à gros frissons (Paranormal Activity, Sinister, Insidious) où s’invite parfois la réflexion (Get Out, Us), Jason Blum, par l’entremise de sa boîte Blumhouse, propose ces jours-ci une flopée de nouveautés coproduites par Amazon. Du lot se distingue Nocturne, récit de deux sœurs pianistes, l’une prodige, l’autre jalouse. Un pacte avec le diable et une pièce de Saint-Saëns plus tard, rien ne va plus. Un premier long métrage prometteur pour la Britannique Zu Quirke.

Nocturne (V.O. et V.F.) 

À primevideo.com 


  

Belle-maman très chère

Photo: BOM Film Productions Co.

Deux autres sœurs, très proches celles-là, se trouvent au cœur du tout aussi macabre, et encore plus abouti, A Tale of Two Sisters, de Kim Jee-woon (A Bittersweet Life, I Saw the Devil). Dans une villa à la campagne, deux adolescentes soupçonnent la compagne de leur père de leur vouloir du mal. D’une facture absolument sublime (la direction photo de ce film !), ce conte macabre use de motifs connus, tels que la méchante belle-mère et la maison hantée, pour mieux les détourner dans la seconde partie du film. Aussi hallucinant qu’effrayant, A Tale of Two Sisters est l’un des fleurons initiaux du nouveau cinéma sud-coréen ayant vu l’avènement des Park Chan-wook (Oldboy, Mademoiselle) et autre Bong Joon-ho (Mother, Parasite).

A Tale of Two Sisters 

À criterionchannel.com


 

Vive les enfants !

Plus de gaieté, de lumière et de jeu dans l’irrésistible Les chiens-loups, de Dominic Leclerc. Tourné dans une école primaire de Rouyn-Noranda en collaboration avec le comédien Alexandre Castonguay, qui effectuait là une résidence artistique, ce documentaire à nul autre pareil progresse au gré d’une année scolaire singulière alors que les enfants apprennent une fable de La Fontaine : Le chien et le loup. Ce faisant, des questionnements émergent, imprévus mais nécessaires, et souvent bouleversants. Qui est libre, qui l’est moins… qui ne l’est pas ?

Les chiens-loups

À tenk.ca