Balados: mythes et réalité

Photo: Pedro Ruiz Le Devoir

Dérives, le rituel de sudation

Quelle étrange affaire que celle de Chantal Lavigne, cette femme de 35 ans retrouvée morte à l’été 2011 à la suite d’une séance de sudation menée lors d’un séminaire étrangement intitulé « Mourir en conscience ». Ce triste mais intrigant décès qui avait jadis attiré l’attention des médias refait surface dans Dérives, le rituel de sudation, un nouveau balado de Radio-Canada.

C’est Olivier Bernard, alias le Pharmachien, qui réalise et anime cette production en huit épisodes — pour l’instant uniquement offerte sur l’application OhDio. Lui qui aime bien débusquer les mythes de la science et de la médecine se trouve tout à fait à sa place dans cet hybride entre le reportageet l’enquête de type true crime. Son ton habituellement un peu badin, par contre, est laissé au vestiaire.

Car selon les deux premiers épisodes écoutés, on n’est pas ici dans un balado léger, mais bien dans une production tendue (la musique y est pour beaucoup), mystérieuse, voire choquante par moments. Les questions fusent : comment une personne saine d’esprit peut-elle en arriver là, et comment peut-on laisser des charlatans pratiquer de tels rituels ?Olivier Bernard ira même jusqu’à tester lui-même une tente de sudation.

Accolades

Au moment où le Québec vire au rouge et voit soudainement revenir des mesures de confinement, le balado Accolades pourrait à la fois adoucir les cœurs et faire réfléchir à l’éventuel impact d’une deuxième vague sur les aînés.

Le projet Accolades, mené par l’organisme culturel Un et un font mille, est fait de sept petites capsules d’en général à peine quatre minutes, et qui mettent chacune en vedette un aîné de la résidence des Jardins du Patrimoine de Val-d’Or : Gisèle, Jerry, Lorraine, Darquise, Leslie, Claude et Alice.

Le meneur d’Accolades est François Grisé, qui a réussi au mois de mai dernier à soutirer à ses interlocuteurs de petites perles d’émotions, ici rigolotes, ailleurs tristes. Il y a dans ces capsules délicatement enrobées cette idée transversale de l’importance du contact physique, même pour les aînés. Accolades donne envie de continuer à faire des efforts pour leur permettre tout simplement de prendre leurs enfants et leurs proches dans leurs bras.