​Sur vos écrans: suites pertinentes

La deuxième saison des «Coulisses du palais» nous transporte dans les couloirs et les salles de cour du palais de justice de Montréal.
Photo: Canal D La deuxième saison des «Coulisses du palais» nous transporte dans les couloirs et les salles de cour du palais de justice de Montréal.

Justice pour tous, à Montréal

Il y a tout juste deux ans, le journaliste Yves Thériault (En prison) lançait sa docuréalité Les coulisses du palais qui offrait un portrait éclairant et instructif de notre système de justice à travers son exploration inédite de rouages du palais de justice de Québec, et du travail de ceux qui y œuvrent, en faisant entrer des caméras dans salles d’audience de procès et causes dans différentes chambres, et dans les coulisses, auxquelles le public n’a jamais accès.

Cette deuxième saison nous transporte dans les couloirs et les salles de cour du palais de justice de Montréal, pour laquelle on a cette fois fait appel à des caméras robots lors des enregistrements d’audience. Au fil des dix épisodes, on pourra suivre des causes de violence et d’agression sexuelle, de refus d’hospitalisation et de possession d’arme à feu prohibée où sera évoquée la Charte canadienne des droits et libertés. On ira faire un tour aux petites créances, on assistera à des comparutions pour remise en liberté et à des séances de médiation.

Le tout est encore commenté par une dizaine de procureurs et de juges qui mettent en contexte et expliquent la nature de leur travail dans ces causes. Le premier épisode, diffusé vendredi, montre le procès d’un homme accusé d’avoir exploité sexuellement des enfants sur les réseaux sociaux.



Les coulisses du palais, saison 2
Canal D, vendredi, 21 h et disponible sur Crave
 
 

Après la télé, la réalité

La téléréalité L’amour est dans le pré reviendra cet hiver pour une neuvième saison sur les ondes de Noovo, accueillant une nouvelle animatrice, Katherine Levac, et un premier candidat homosexuel. En attendant, les fidèles et les curieux de la version québécoise du format britannique Famer Wants a Wife, adaptée dans une trentaine de pays et qui a permis à des dizaines d’agriculteurs de trouver l’amour, ont droit à une incursion dans la vie de candidats pour qui l’expérience a été heureuse… et fructueuse.

La docusérie La famille est dans le pré témoigne de ce que sont devenus des couples formés grâce à l’émission, de la suite des choses, parfois un peu laborieuse, une fois l’expérience télévisuelle terminée, et surtout de leur quotidien de jeunes familles (parfois nombreuses) et d’agriculteurs. Au fil des dix épisodes, les ex-candidats s’ouvrent avec la spontanéité et l’authenticité qui font le charme de la téléréalité, sur les conséquences heureuses de leur participation à l’émission, et la façon dont ils arrivent à mener de front la gestion de leur ferme, de leur vie de couple et de leur jeune famille. C’est sympathique, émouvant, sans prétention, et ça montre, sans forcer la note, que la téléréalité peut parfois être utile à long terme.



La famille est dans le pré
Canal Vie, jeudi, 19 h 30
Photo: Canal Vie La docusérie «La famille est dans le pré» témoigne de ce que sont devenus des couples formés grâce à l’émission «L’amour est dans le pré».

 

Une figure historique, programme double

Jadis, la chaîne Artv proposait en fin de semaine, sous l’appellation « Toute une soirée avec », un programme double jumelant habituellement un documentaire et un long métrage de fiction autour d’une personnalité marquante du monde des arts et de la culture. Planète+ reprend le concept cet automne en proposant des programmes doubles qui mettent en lumière le (pas toujours) fabuleux destin de Napoléon Bonaparte (3 octobre), Marie Curie (10 octobre), Charlie Chaplin (17 octobre), Paul Gauguin (24 octobre), Marguerite Duras (31 octobre) et Camille Claudel (7 novembre).

Parmi cette sélection, on note certains « biopics » qui valent encore le détour, dont ceux consacrés à Claudel et à Chaplin. Le volet documentaire s’avère moins étincelant et ne comprend aucune « primeur », mais le film d’animation Gauguin : je suis un sauvage et le portrait à la première personne Marguerite telle qu’en elle-même se distinguent du lot.



Une fiction + un documentaire, les samedis soir
Planète+, dès le 3 octobre, 19 h
 

Le visionnement de la semaine

Après le livre et le film, la série de fiction ! L’ouvrage à succès de Tom Wolfe sur le programme spatial Mercury, qui a envoyé de premiers astronautes dans l’espace, fait l’objet d’une nouvelle adaptation à l’écran, cette fois au plus long cours que le film de Philip Kaufman de 1983. Cette production de National Geographic relate en huit épisodes l’épopée dans laquelle se sont lancés ces pionniers, des débuts de leur formation au grand décollage, en mettant en lumière la frénésie médiatique dont ont fait l’objet ces valeureux et leur famille. Les deux premiers épisodes sont mis en ligne vendredi. Les autres seront dévoilés les semaines suivantes.



L’étoffe des héros (The Right Stuff en V.O.A.)
Disney+, dès le 9 octobre

À ne pas manquer

La scène passe au salon

Cette série imaginée par Artv et l’Espace Yoop ne pouvait pas mieux tomber, au moment où les scènes sont figées une nouvelle fois par les impératifs sanitaires. Sur scène mettra en vitrine dix spectacles enregistrés en direct de la Place des Arts, et ce, tous les samedis soirs jusqu’au 5 décembre, avec des artistes comme Dominique Fils-Aimé, Clay Friends ou Le Vent du Nord. Ça commence cette semaine avec Ingrid St-Pierre (notre photo) et son délicieux album Petite Plage, à qui succéderont, la semaine suivante, Koriass et FouKi, réunis autour de leur réjouissant Génies en herbe. Une belle façon de faire le plein de spectacles vivants tout en observant le défi lancé par la Santé publique.



Sur scène
ICI Artv, dès le samedi 3 octobre, 19 h