​Sur vos écrans: figures américaines

Julianne Moore et Bette Midler dans «The Glorias»
Photo: LD Entertainment et Roadside Attractions Julianne Moore et Bette Midler dans «The Glorias»

Un président « imparfait »

Le premier président de la toute jeune République américaine est comme tous ses successeurs : un homme faillible, qui a commis des erreurs qui ont eu un impact important sur l’histoire, un homme de son temps, encore colonial, propriétaire d’esclaves, raciste et soucieux de son image et sa réputation, un « ambitieux ». Mais c’est aussi quelqu’un qui a tiré quelques leçons de ses erreurs. C’est du moins ainsi qu’on le décrit dans ce portrait biographique en trois parties produit par la chaîne américaine History.

Des historiens populaires et quelques figures importantes de la politique américaine des dernières décennies (Clinton, Powell) dépeignent un héros national comme un homme « imparfait », trop ambitieux et pressé de se faire remarquer dans ses débuts, au point de provoquer une crise diplomatique qui mènera à la guerre de Sept Ans, puis plus sage et mesuré avec le temps et l’expérience, pendant la guerre d’indépendance, qui le mènera au pouvoir. Un pouvoir qu’il ne voudra pas garder à tout prix.

L’intérêt de cette minisérie réside surtout dans les nombreuses scènes de reconstitution dramatiques de sa vie politique personnelle mouvementée, dont la qualité surprend agréablement, autant par le réalisme de certaines scènes de combat que par la finesse du jeu des acteurs qui incarnent ces personnages historiques, au premier chef, l’Écossais Nicholas Rowe dans le rôle principal.



Washington
Historia, samedi, 19 h
Photo: Historia

 

Affrontement officiel

Ça y est ! Après des mois d’une étrange campagne, les deux candidats à la présidence américaine s’affronteront dans une joute oratoire en « présentiel » (la première sur les trois prévues avant le 3 novembre), en direct de Cleveland, en Ohio, un État pivot extrêmement important, autant pour Trump que pour Biden. Le chef d’antenne de Fox News Chris Wallace assurera la modération de ce débat qui s’annonce sportif.



Le premier débat Trump/Biden
RDI, mardi, dès 20 h et sur toutes les grandes chaînes américaines, dès 21 h
 
 

Sur la route avec une pionnière

La journaliste et militante américaine Gloria Steinem, considérée comme l’une des figures importantes de la « seconde vague féministe » des années 1960 et 1970, a déjà eu droit à une incarnation fictive cette année dans l’excellente minisérie Mrs America, portant sur la course pour l’adoption de l’Equal Rights Amendment dans les années 1970, sous les traits de Rose Byrne. Elle est cette fois à l’honneur dans ce film basé sur son autobiographie, My Life on the Road, coscénarisé et réalisé par l’épatante Julie Taymor (Frida, Across The Universe). La metteure en scène et cinéaste aux productions visuellement riches et déstabilisantes raconte dans le désordre de la vie mouvementée de Steinem, incarnée à l’âge adulte par les rarement décevantes Alicia Vikander et Julianne Moore, à travers la métaphore d’un long, très long trajet d’autobus voyageur. Les critiques qui ont pu voir le film au Festival de Sundance en janvier semblent pour la plupart être montés avec plaisir dans ce bus. À notre tour de nous y risquer.



The Glorias
Prime Video, dès mercredi
Photo: Prime Video

 

Les raisons de la chute

Il y a un peu plus de 12 ans, en septembre 2008, la banque new-yorkaise Lehman Brothers disparaissait, criblée d’une dette insurmontable, et entraînait dans sa chute l’économie mondiale, plongée dans une grave récession. Ce documentaire franco-canadien détaille les raisons de cette faillite grâce aux témoignages d’anciens employés et d’un ex-haut dirigeant qui ont tenté à leurs risques et périls de tirer la sonnette d’alarme sur des pratiques irrégulières ou simplement illégales, qui devaient « optimiser » le rendement de l’entreprise. Un portrait peu reluisant d’un certain capitalisme dévastateur.



Autopsie de la faillite de Lehman Brothers
Radio-Canada, samedi, 22 h 30, la version intégrale est diffusée en anglais sous le titre Inside Lehman Brothers sur CBC Gem
 

 

Le visionnement de la semaine

Darren Star, créateur et producteur de séries marquantes des années 1990 (Beverly Hills 90210, Melrose Place, Sex and the City), se joint à Netflix pour sa nouvelle création, qui plaira sans doute aux amateurs de comédies légères et prévisibles, mais tournées avec beaucoup de moyens… Emily in Paris raconte les premiers pas d’une jeune Américaine (Lily Collins, énergique), spécialiste des réseaux sociaux, qui se trouve catapultée pour son grand plaisir dans une boîte de marketing parisienne pour des marques de luxe rachetée par son employeur. Les hics ? La demoiselle du Midwest, qui ne parle pas français et qui laisse derrière elle son fiancé, est loin d’être la bienvenue dans cet environnement et décode mal les conventions de sa société d’accueil. Mais comme cette production est prévisible à l’excès, on se doute qu’elle tirera son épingle du jeu dans cet univers caricatural, peuplé de personnages typiques de Parisiens râleurs et désagréables, pourtant campés de façon crédible par une distribution compétente. Du léger, tout léger, avec les clichés associés à la Ville Lumière !



Emily in Paris
Netflix, dès le 2 octobre

À ne pas manquer

Guerre de clans au Kansas
 

Plus de trois ans après la dernière saison de cette série d’anthologie qui rend à merveille l’esprit comique tordu du chef-d’œuvre des frères Coen, le scénariste et réalisateur Noah Hawley propose une nouvelle histoire de truands à qui le destin ne sourit pas trop. Pour cette fournée, d’abord prévue pour une diffusion en avril dernier, Hawley a délaissé un peu le Dakota du Nord et le Minnesota (quoiqu’il en sera question par la bande) pour planter l’intrigue de cette quatrième saison dans le Kansas City des années 1950, aux prises avec une guerre entre deux organisations criminelles, l’une afro-américaine, l’autre italienne. Avec Chris Rock, Jason Schwartzman et Ben Whishaw.


Fargo
FX, dimanche, 21 h