La série canadienne «Schitt’s Creek» écrit l’histoire aux prix Emmy

Contrairement à la plupart des autres candidats, l’équipe de «Schitt’s Creek» (ici, Eugene Levy, Catherine O'Hara, Dan Levy et Annie Murphy) avait pu se réunir pour un événement privé à Toronto.
Photo: Ana Sorys La Presse canadienne Contrairement à la plupart des autres candidats, l’équipe de «Schitt’s Creek» (ici, Eugene Levy, Catherine O'Hara, Dan Levy et Annie Murphy) avait pu se réunir pour un événement privé à Toronto.

La production canadienne Schitt’s Creek a réussi le grand chelem côté comédie, dimanche soir aux prix Emmy, équivalent des Oscars pour le petit écran américain qui ont cette année été remis à distance lors d’une cérémonie virtuelle, pandémie oblige. La série Watchmen et ses super-héros violents aux prises avec l’héritage raciste des États-Unis ont quant à eux fait sensation.

Grinçante, c’est Succession, pour HBO, qui s’est toutefois imposée dans la prestigieuse catégorie des séries dramatiques.

En raison de la COVID-19, les producteurs de la soirée avaient conçu des combinaisons intégrales de protection biologique aux allures de smoking pour pouvoir remettre en sécurité les prix aux vedettes à leur domicile.

Ce fut le cas pour Catherine O’Hara, « meilleure actrice » dans une série comique pour Schitt’s Creek, Eugene Levy (« meilleur acteur comique ») puis son fils Daniel Levy, distingué pour le scénario et le meilleur second rôle.

D'abord diffusée à CBC, cette comédie canadienne sur une famille de privilégiés déchus réduits à vivre dans un motel délabré était pourtant passée quasiment inaperçue dans le monde lors de ses quatre premières saisons avant de devenir un succès en arrivant sur Netflix.

Contrairement à la plupart des autres candidats, l’équipe de Schitt’s Creek avait pu se réunir pour un événement privé à Toronto. Tous avaient passé des tests pour la COVID-19 puis s’étaient placés en isolement.

Watchmen, dans l'ère du temps

Watchmen, dérivée d’une bande dessinée des années 1980, dépeint un univers sombre et chaotique, empreint des violences policières et du racisme qui secouent la société américaine depuis des mois. Également diffusée à HBO, elle a récolté quatre récompenses au cours de la soirée, onze au total si l’on ajoute les prix dans des catégories techniques remis plus tôt dans la semaine.

L’équipe de Watchmen a dédié sa récompense aux victimes du massacre d’au moins 300 Noirs par des émeutiers blancs à Tulsa (Oklahoma) en 1921, un épisode central de la série. « Le seul moyen d’éteindre les incendies est de les combattre tous ensemble », a lancé Damon Lindelof, auteur blanc, en recevant la statuette.

Regina King, actrice principale de Watchmen, a quant à elle profité de sa récompense pour appeler tous les spectateurs à se mobiliser en vue de l’élection présidentielle du 3 novembre. « Vous devez voter. Je serais indigne de ne pas mentionner cela, en tant que membre d’un show aussi visionnaire que Watchmen », a lancé la comédienne.

Regina King arborait un T-shirt à l’effigie de Breonna Taylor, une Américaine noire tuée par la police et devenue l’un des symboles de « Black Lives Matter », mouvement de contestation présent dans les esprits et les discours de nombreuses stars d’Hollywood cette année.

« Watchmen est une histoire sur le traumatisme et les séquelles durables » provoquées par le racisme, la corruption et les violences policières, a estimé Yahya Abdul-Mateen II, prix Emmy du meilleur second rôle.

Parmi la centaine de nominations pour les acteurs et actrices, les artistes noirs représentent plus d’un tiers du contingent des prix Emmy en 2020, un nouveau record.

Smoking de protection intégrale

La 72e édition a globalement réussi son pari d’un show 100 % virtuel, avec l’humoriste Jimmy Kimmel seul aux commandes pour ces « PandEmmys » dans une salle de Los Angeles déserte, sans tapis rouge ni tenues de soirée clinquantes.

Jesse Armstrong, créateur britannique de Succession, grand vainqueur chez les séries dramatiques, a d’ailleurs épinglé avec ironie les dirigeants américain et britannique pour leur gestion de la crise sanitaire. « Je ne dis pas merci au président Trump pour sa réponse minable et désordonnée. Je ne vous dis pas non plus merci, Boris Johnson, pour la même raison en ce qui concerne notre pays », a-t-il déclaré.

Cette comédie noire mettant en scène les déchirements d’une puissante famille pour prendre le contrôle d’un empire médiatique avait remporté un prix Emmy pour sa première saison l’an dernier. Elle a été sélectionnée à 18 reprises cette fois-ci, à égalité avec la série Ozark, produite par Netflix, grande perdante de la soirée.

Succession a aussi été récompensée dimanche pour le meilleur acteur (Jeremy Strong), le scénario et la réalisation.

Quant à la meilleure actrice dans une série dramatique, c’est Zendaya, ex-égérie des séries pour la jeunesse de Disney, qui s’est distinguée pour son rôle dans Euphoria, production de HBO sur les difficultés rencontrées par une jeune toxicomane repentie et ses amis lycéens tout aussi tourmentés.

À 24 ans, Zendaya est devenue la plus jeune comédienne à triompher aux prix Emmy dans cette catégorie.

La série The Mandalorian, première adaptation télévisuelle de l’univers de Star Wars, est repartie bredouille de la soirée mais avait tout de même empoché sept Emmys dans les catégories techniques plus tôt cette semaine.

 

Les lauréats des principales catégories des prix Emmy :

- Meilleure série dramatique : Succession (HBO)

 

- Meilleure série comique : Schitt’s Creek (Pop TV / Netflix)

 

- Meilleure mini-série : Watchmen (HBO)

 

- Meilleur acteur dans une série dramatique : Jeremy Strong, Succession (HBO)

 

- Meilleure actrice dans une série dramatique : Zendaya, Euphoria (HBO)

 

- Meilleur acteur dans une série comique : Eugene Levy, Schitt’s Creek (Pop TV / Netflix)

 

- Meilleure actrice dans une série comique : Catherine O’Hara, Schitt’s Creek (Pop TV / Netflix)

 

- Meilleur acteur dans un téléfilm ou une mini-série : Mark Ruffalo, I know This Much Is True (HBO)

 

- Meilleure actrice dans un téléfilm ou une mini-série : Regina King, Watchmen (HBO)


À voir en vidéo