​Sur vos écrans: deuxième chance conventionnelle (suite)

Une scène de la comédie de situation «Rue King»
Photo: TVA Une scène de la comédie de situation «Rue King»

Rattraper, à heures fixes

C’est au tour des trois réseaux généralistes de faire leur rentrée d’automne, plus frugale qu’à l’habitude, du moins en matière de fictions neuves. Les plateformes de visionnement en continu associées auxdits réseaux constituent une source providentielle de nouveautés, certes déjà étrennées, mais qui méritent pour la plupart leur rendez-vous télévisuel hebdomadaire.

Ainsi, la courte série Mon fils, un drame du duo Boyer-D’Astous (Yamaska, L’heure bleue) abordant les bouleversements dans la vie d’un jeune homme quand se manifestent des symptômes de schizophrénie, mettant en vedette Antoine L’Écuyer et Élise Guilbault, lancée à la veille du confinement sur Club Illico, est présentée à TVA, lundi, 20 h. Le destin des deux protagonistes de Fragile ​bascule aussi, bien que différemment, dans la dernière offrande télé généreuse de Serge Boucher (Aveux,Apparences), d’abord présentée sur Tou.tv Extra, et désormais à Radio-Canada, lundi, 21 h, dans laquelle brillent Marc-André Grondin et Pier-Luc Funk. Ce dernier tient également la vedette dans la comédie dramatique Pour toujours, plus un jour, qui relate sans mélo la dernière année d’un jeune homme atteint d’une maladie rare et fatale. Après avoir été lancée sur Crave, la voilà à Noovo, mercredi, 19 h 30.

La dernière création déjantée et jouissive du duo Jean-François Rivard et François Létourneau (Série noire) a ravi la critique et le public lors de sa sortie sur Tou.tv quelques jours avant le confinement. La délicieusement vintage C’est comme ça que je t’aime, pourra se savourer une première ou une énième fois à Radio-Canada, mercredi, 21 h. Fait à noter, les téléspectateurs de l’autre solitude pourront découvrir au même rythme que les francophones les aventures des improbables bandits banlieusards sur la plateforme CBC Gem, sous le titre Happily Married. Au même moment, à TVA, on pourra découvrir la comédie de situation qui emprunte à l’impro Rue King, lancée au cœur de la première vague sur Club Illico et mettant en vedette Sophie Cadieux, Marie-Ève Morency, Mehdi Bousaidan et Pier-Luc Funk (encore !).

Finalement, Radio-Canada repique la comédie romantique un peu oubliable Les bogues de la vie (vendredi, 21 h), lancée sur Tou.tv Extra en mars 2019 et qui relate avec efficacité mais trop peu d’originalité les hauts et les bas professionnels et personnels d’un créateur de jeux vidéo.

 

Retour sur le terrain

Il y a 30 ans, le journaliste Alain Gravel couvrait la crise d’Oka. Dans ce documentaire, il revient sur les lieux où a commencé ce conflit qui a marqué l’histoire récente en explorant la façon dont les médias avaient couvert l’événement à l’époque et l’influence de cette couverture sur l’évolution de celui-ci, sur sa perception auprès du public. Pour cet exercice de mémoire, il en appelle au journaliste mohawk Dan David, qui avait alors couvert le conflit pour la CBC.



Oka : des deux côtés de la barricade
Radio-Canada, jeudi, 21 h

 

L’interprète et ses personnages

Il y a un peu de Viens voir les comédiens et des Enfants de la télé dans cette nouvelle émission de variétés animée par Marie-Ève Janvier. On lui souhaite de réussir à faire un peu oublier ces deux productions à succès, alors qu’elle recevra chaque semaine deux acteurs qui se sont déjà côtoyés sur le tournage d’une série et qui seront invités à confier leurs impressions d’interprète sur leurs rôles marquants. Premiers à se prêter à l’exercice critique et émotif : Sonia Vachon et Gildor Roy.



À tour de rôles
TVA, lundi, 21 h

Le visionnement de la semaine

Le dictionnaire Cambridge définit l’expression « Coastal Elite » comme un groupe de professionnels éduqués, qui vivent principalement dans les grandes villes de l’ouest et du nord-est des États-Unis, ont des idées politiques libérales et sont plus avantagés que l’Américain moyen. Les cinq personnages de ce film tourné en temps de COVID-19, d’abord pensés pour la scène par le cinéaste Jay Roach (Trumbo, Recount) et le dramaturge Paul Rudnick, en sont presque tous, sauf un. Ces personnages : une enseignante new-yorkaise à la retraite (Bette Midler), un acteur gai de Los Angeles (Dan Levy), une gourou de la méditation du Vermont (Sarah Paulson), une héritière afro-américaine oeuvrant dans l’humanitaire (Issa Rae) et une infirmière du Midwest qui travaille dans un hôpital new-yorkais. Seuls à l’écran, en communication avec une autre personne que l’on n’entend jamais, ces cinq personnages racontent à tour de rôle un événement particulier lié à la pandémie, de près ou de loin. Certains monologues sont plus forts et plus subtils que d’autres, particulièrement celui du seul personnage qui ne fait pas partie de cette élite, la jeune infirmière épuisée, incarnée avec beaucoup de finesse par Kaitlyn Dever. Les autres acteurs sont aussi tous irréprochables.



Coastal Elites
HBO et Crave, samedi, 20 h
 

À ne pas manquer

Aux portes des étoiles
 

Il n’aura fallu que 73 petites secondes pour que le rêve vire au cauchemar. Quiconque a suivi en direct le lancement de la navette spatiale Challenger, et ils furent nombreux, même ici, où nombre d’écoliers ont suivi en direct l’envol de la professeure Christa McAuliffe, se souvient du choc brutal qu’a causé l’explosion, en 1986. Le poids lourd J.J. Abram (Alias, Lost, L’ascension de Skywalker) décortique ce traumatisme national dans une minisérie documentaire en quatre épisodes qui, forte du temps écoulé, promet un regard neuf et nourri.


Le dernier vol de la navette Challenger (V.F. de Challenger)
Netflix, dès le mercredi 16 septembre