«Les derniers humains»: en attendant le bris de normalité

Photo: Historia

On a souvent une idée passablement stéréotypée des survivalistes, ces gens qui se préparent à une catastrophe majeure, un « bris de normalité » qui requerrait des réserves de denrées essentielles, d’outils et d’armes pour assurer leur sécurité, des connaissances et des compétences qui permettront de se débrouiller sans les commodités de la vie moderne. On les imagine paranoïaques, terrés dans leur bunker, en attendant le pire…

La série documentaire Les derniers humains, une nouveauté originale d’Historia en huit épisodes, dresse le portrait d’une « tribu » de survivalistes québécois qui se préparent au pire, sans pour autant arrêter de vivre. Au contraire. Les membres des Primitifs, une organisation fondée par deux amis en 2007, semblent tirer grand plaisir des exercices de survie dans des conditions fort difficiles et offrent même des formations techniques de survie dans des milieux et des conditions hostiles, en s’inspirant principalement des savoirs de nos ancêtres, de temps immémoriaux ou plus récents.

Le scénariste et réalisateur Christian Lalumière offre un regard anthropologique sur cette tribu à travers le récit de leurs expéditions et séjours de survie pas reposants, mais surtout grâce aux entrevues de fond, bienveillantes sans être complaisantes, qu’il a menées avec ses membres, dont les deux fondateurs Mathieu et Simon, qui permettent de comprendre leurs motivations profondes, la logique derrière leur démarche et les liens très forts qui unissent ces personnes, que plusieurs considéreront probablement comme des originaux, mais moins qu’ils ne l’auraient imaginé…

 

Les derniers humains

Historia, vendredi, 21 h