Balados: pépites d'histoire

Photo: Getty Images / iStockphoto

L’histoire ne s’arrête pas là

Imaginez un balado historique à la structure narrative impeccable — il en existe une tonne —, mais qui en plus exhumerait de notre cour arrière des récits insoupçonnés — chose beaucoup plus rare. Lancé à l’automne 2019 et maintenant fort de deux saisons, L’histoire ne s’arrête pas là répond haut la main à ce double objectif.

D’abord, il se démarque par un choix de sujets étonnants extirpés des voûtes profondes de Radio-Canada. Entre l’attentat de la gare Centrale de Montréal en 1984 et l’émeute anti-vaccin des Canadiens français pendant l’épidémie de variole en 1885, il y a un monde. Nous retenons comme coup de cœur l’épisode sur l’opération FISH, quand l’Empire britannique a caché une partie colossale de son trésor dans une voûte secrète de la Sun Life à Montréal au début de la Seconde Guerre mondiale.

Ensuite, le balado fait montre d’une mise en récit remarquable. Le réalisateur et animateur André Martineau alterne habilement les segments efficaces de narration, les archives frappantes, les entrevues de contexte pertinentes et l’habillage musical de circonstance, tout en ne manquant pas d’y ajouter certaines interrogations personnelles. Une courtepointe parfaitement dosée qui captive.

The Memory Palace

Il y a de ces balados qui jouissent du pouvoir des croustilles, canalisant la voracité des auditeurs en les rendant incapables de se sustenter d’un seul épisode à la fois. The Memory Palace, balado à la longue feuille de route, fait toujours partie de ce club sélect, 12 ans après son lancement. Prospecteur de pépites d’histoire méconnues, Nate DiMeo en dépoussière une dans chaque épisode de 5 à 25 minutes, sur fond musical soigneusement choisi.

Ici, l’intérêt réside surtout dans les élans poétiques et vivifiants de la narration ainsi que dans sa capacité singulière de synthèse. Ces éléments clés sont d’ailleurs à leur apogée dans un épisode d’avril dernier, qui propose une vingtaine de nanorécits de 20 secondes pour accompagner le lavage des mains en temps de pandémie. Un épisode qui plaira autant au Dr Horacio Arruda qu’aux disciples de la concision.

Le projet compte plus de 165 épisodes qui s’écoutent sans suite, permettant de commencer sans gêne par des épisodes récents, qui nous ont semblé plus aboutis. The Memory Palace a été érigé en forme d’art lorsque le Metropolitan Museum of Art de New York lui a offert une résidence en 2016.