Balados: explorer la bulle sportive

Photo: Getty Images / iStockphoto

Tellement hockey

Alors que les activités de la Ligue nationale de hockey — et donc celles du Canadien de Montréal — reprennent, les journalistes et analystes sportifs trépignent, tout comme certains amateurs. Pour couvrir le redémarrage de notre sport national, Radio-Canada propose notamment le balado Tellement hockey, actif depuis l’automne 2018.

Animé par Alexandre Coupal, Tellement hockey profite de l’expertise d’Alexandre Gascon et de celle de l’analyste Martin Leclerc, toujours limpide, lucide et bien informé sur ce qui se déroule sur la patinoire et aussi en dehors.

Leurs récents épisodes s’ancrent en partie dans la « bulle » torontoise, là où se dérouleront, isolés ou presque, les matchs de l’association Est de la ronde préliminaire et des séries. Les trois gaillards peuvent certes parler de stratégies de jeu ou du troisième trio du CH, mais ils abordent aussi l’étrange approche de la LNH, notamment quant à sa gestion de la présence de la presse sportive, qui semble écoper de la nouvelle façon de faire.

Les épisodes sont séparés en trois périodes — avec effets sonores et extraits d’entrevue de vestiaire — et se déroulent sans trop se prendre au sérieux. C’est bien tant mieux.

The Documentary Podcast

Pour rester dans le thème sportif, un tout récent épisode du balado de la BBC The Documentary Podcast passe presque une heure sur l’importance que l’on accorde au sport dans la société et sur les effets de son absence, en raison de la pandémie. L’épisode s’intitule très justement The most important, least important thing : le sport pourrait être la plus importante des choses qui ne sont pas importantes.

La production animée par Clare Balding, qui s’y connaît en la matière, propose une plongée dans ce que porte le sport, pour les individus qui le regardent, mais aussi pour des communautés, pour les sociétés, voire pour l’humanité. Dans l’épisode, publié samedi dernier, Balding interviewe toutes sortes de gens : des athlètes (l’ancienne tenniswoman Martina Navratilova), des professeurs et experts, et on parle aussi philosophie — Sartre sur le surf ! — et littérature (Camus).

« L’année sportive devait être en or », dit d’emblée le balado, en référence notamment aux JO de Tokyo qui ont été annulés, comme presque tout dans le sport amateur et professionnel. Cette situation sans précédent est un bon prétexte pour réfléchir à la place du sport dans nos vies et à nos valeurs, et pas que d’un point de vue économique.