«Panzer Paladin»: robots géants contre démons

Le jeu est en deux dimensions avec vue de côté et partage l’esthétique des jeux de l’ère Nintendo Entertainment System.
Photo: Tribute Games Le jeu est en deux dimensions avec vue de côté et partage l’esthétique des jeux de l’ère Nintendo Entertainment System.

Avec Panzer Paladin, le studio montréalais spécialisé dans le jeu rétro Tribute Games voulait moderniser un classique encore trop peu revisité par l’industrie : The Legend of Zelda II : Link’s Adventure. Comment ? En y faisant s’opposer robots géants et hordes de démons maléfiques. Et en y ajoutant des fonctionnalités étonnantes.

Dans un futur proche, épées, haches et autres armes maudites qui dérivaient jusque-là dans l’espace s’écrasent sur la Terre, y invoquant des centaines de démons. L’événement avait été prédit — mais caché — par le Vatican. Flame, une androïde spécialisée dans les missions de sauvetage, propose d’affronter ces démons à l’aide de son grand robot rouge, Grit. Le scénario complètement déjanté ne fait pas dans la dentelle, mais, heureusement, Panzer Paladin ne se prend pas trop au sérieux.

Le jeu est en deux dimensions avec vue de côté et partage l’esthétique des jeux de l’ère Nintendo Entertainment System. Étonnamment, Grit ne combat pas les démons avec les fusils, canons et autres missiles auxquels on est habitués, mais avec une série d’armes de combat au corps à corps à durée de vie limitée comme des épées, des bâtons ou des conduites d’eau. Une centaine d’armes différentes sont à découvrir. Certains passages étroits demandent parfois à Flame de sortir de son cockpit, un peu à la manière du classique Blaster Master. Flame est plus agile que Grit, mais elle est également beaucoup plus fragile.

En entrevue au Devoir, Jean-François Major, cofondateur du studio derrière Flinthook et Ninja Senki DX, affirme que sa petite équipe de 14 personnes s’est dépassée avec son sixième jeu, dont la sortie est accueillie avec la création d’une bière IPA à son nom par la microbrasserie Pixel. En seulement deux ans, un délai de production somme toute très court, Tribute Games n’a pas seulement créé une variété impressionnante d’environnements pixélisés de grande qualité et toute une série de patrons coriaces, mais a innové sur la formule rétro en y ajoutant des fonctions collaboratives modernes.

Une centaine d’armes n’était pas assez : on peut, dans Panzer Paladin, concevoir nous-mêmes nos propres objets contondants avec lesquels on pourra dégommer du démon. On peut ensuite les partager en ligne. L’équipe de Tribute Games sélectionne les plus intéressantes et les intègre au jeu. Sur PC, on peut avoir accès à l’entièreté des armes générées par les joueurs — attention aux dérives, par contre.

Les « speedrunners » seront eux aussi servis. Un mode spécial est consacré à ces joueurs qui tentent de terminer le jeu en un temps record. Lors de la partie, ce mode enregistre chaque mouvement du joueur. On peut ensuite partager sa partie et compétitionner contre le fantôme de ses amis.

Panzer Paladin

★★★ 1/2

Conçu et édité par Tribute Games. Offert pour Nintendo Switch et pour Windows (Steam).