«Témoin indésirable»: famille, je t'accuse

L’adaptation de ce roman de la Reine du crime a été confiée à Sarah Phelps, qui a déjà quadrillé l’univers de la légendaire écrivaine avec deux autres productions luxueuses.
Photo: ICI Radio-Canada L’adaptation de ce roman de la Reine du crime a été confiée à Sarah Phelps, qui a déjà quadrillé l’univers de la légendaire écrivaine avec deux autres productions luxueuses.

Il n’y a pas de petit rôle dans les romans d’Agatha Christie qui a le don, en quelques lignes bien troussées, d’insuffler ce qu’il faut de caractère à ses personnages, même les plus fugaces. Écrit en 1958, son Témoin indésirable (Ordeal by Innocence) n’échappe pas à la règle, offrant à la réalisatrice Sandra Goldbacher une épatante — mais bien peu aimable — nébuleuse gravitant autour de Rachel Argyll, une riche philanthrope retrouvée assassinée sur sa vaste propriété. Du bonbon pour cette minisérie de la BBC qui arrive cette semaine à ICI Télé.

L’adaptation de ce roman de la Reine du crime a été confiée à Sarah Phelps, qui a déjà quadrillé l’univers de la légendaire écrivaine avec deux autres productions luxueuses (Dix petits nègres, Témoin à charge). Elle en connaît visiblement les codes par cœur, s’amusant à les surligner, voire à les détourner à l’occasion. On pourra argumenter sur l’impact de certains choix narratifs, sa temporalité décoiffante et sa fin montée en épingle, reste que l’ensemble affiche une cohérence quasi impeccable.

Ce travail méticuleux se répercute à l’écran, qui affiche des moyens évidents : facture léchée, atmosphère oppressante et distribution étoilée (revue après qu’un de ses acteurs eut été emporté dans une vague #MoiAussi). Et il ne faut que quelques minutes pour reconnaître la mécanique implacable du « whodunit », si chère à Agatha Christie. L’ensemble se double d’une puissante mise à nu des dynamiques familiales qui peuvent parfois s’avérer aussi toxiques que fatales.

Témoin indésirable

Radio-Canada, dès le mardi 21 juillet, 20 h ; aussi sur l’Extra de Tou.tv