«Claire & les vieux»: ça va aller

La jeune Irlande Côté, ici aux côtés de Marie Eykel, est tour à tour lunaire et solaire.
Photo: TV5Unis La jeune Irlande Côté, ici aux côtés de Marie Eykel, est tour à tour lunaire et solaire.

Claire, 9 ans, presque 10, devait aller en Californie avec sa mère pour la semaine de la relâche. Elle la passera plutôt à la Résidence de l’amitié en compagnie de sa grand-mère Pauline en attendant que son sort ne soit scellé, de concert avec Greg, son bienveillant travailleur social. C’est cette parenthèse hors du monde que raconte la magnifique websérie Claire & les vieux, qui jette un regard empreint de tendresse sur l’enfance et son contraire.

Rompue aux évasions imaginaires pour adoucir les aspérités de son quotidien avec une mère aux prises avec des problèmes de consommation et de santé mentale récurrents, Claire bouscule le quotidien de cette résidence, au premier chef celui de sa grand-mère courage. La jeune Irlande Côté y est tour à tour lunaire et solaire face à une Muriel Dutil bouleversante de retenue et de force tranquille. Autour d’elles, un cercle de comédiens formidables s’active au diapason, de Raymond Cloutier à Marie Eykel, en passant par Dominique Quesnel, Robert Lalonde et bien d’autres.

Les textes de Sarah Pellerin sont d’une sagacité exemplaire, disant ce qu’il faut, quand il le faut, mais taisant le reste que la réalisation empreinte de délicatesse de Charles Grenier vient éclairer sans insister. L’habillage musical est un personnage en soi, enveloppant des scènes (certaines très dures, d’autres primesautières) qui gagnent ainsi en épaisseur. On est loin de l’humour corrosif et de la réalisation survoltée de la websérie George est mort que signait le même duo, qui se révèle ici d’une douloureuse douceur.

Claire & les vieux

Tv5unis.ca, dès le vendredi 19 juin