«COVID-19: 23 jours au coeur d’un hôpital»: dans le ventre du dragon

RDI

Mars 2020, première nuit du printemps dans un hôpital de La Louvière, en Belgique. Cela fait trois semaines que l’hôpital se prépare à affronter la COVID-19. La petite équipe du réalisateur Olivier Evrard entame son premier quart. Le stress est palpable au sein des équipes soignantes qui l’accueillent. Elle y restera 23 jours et 23 nuits, pour y raconter, de l’intérieur, cette étrange bataille totale contre un virus pandémique retors, qui mobilise et malmène la planète entière.

Narré avec chaleur par l’acteur et metteur en scène Bernard Yerlès, ce documentaire essentiel témoigne avec une sobriété désarmante du quotidien des unités engagées dans la lutte contre le coronavirus. Si, au départ, la vague paraît moins haute et moins tranchante que prévu, elle se met à enfler doucement. La maladie nécessite des soins d’une intensité inattendue. Les médecins pressentent une surcharge très prochainement. Des décisions difficiles devront être prises. L’éthique entre en jeu, il faut baliser le terrain qui, de fait, déborde bientôt.

Tout cela est raconté à hauteur de soignants, qui font preuve d’une admirable humanité dans l’adversité. On prend la mesure de leur isolement dans cette bulle où leurs repères tombent les uns après les autres. Jusqu’au bruit des sacs mortuaires, désormais vitement expédiés, déritualisés, qui s’emballe et blesse jusqu’au cœur. Heureusement, il y a aussi des victoires, dont celle qu’incarne cet homme qui, après des semaines à combattre seul, se voit enfin relié à son monde par la magie d’une tablette. Sa joie pure illumine ce documentaire qui tient rigoureusement sa ligne, entre compassion et distance respectueuse.

COVID-19 : 23 jours au coeur d’un hôpital

RDI, le mardi 9 juin, 20 h