Les flâneurs

Photo: Le Devoir
Odile Tremblay

Avec le cinéma québécois
L’excellente initiative des distributeurs de films québécois de regrouper sous un même portail, aimetoncinema.ca, les œuvres d’ici ne peut que réjouir les cinéphiles. Près de 1000 titres à consulter, avec maints renvois à la plateforme qui les diffuse, permettent de débroussailler l’offre et de faire ses demandes. Autant Mafia inc. de Podz qu’Antigone de Sophie Deraspe, Wilcox de Denis Côté ou des œuvres plus anciennes, comme Le marais de Kim Nguyen ou Horloge biologique de Ricardo Trogi, à un clic, des renseignements sur les films, des visionnements possibles surgissent.


Louise-Maude Rioux Soucy

Monique Mercure, versant lumière
La prodigieuse lumière qui émane de l’actrice Monique Mercure dans J.A. Martin photographe est aussi belle que remuante face à un Marcel Sabourin taciturne, mais charismatique. Malgré un titre qui met l’accent sur la passion ce dernier, on est bien devant un délicat portrait de femme qui s’émancipe, et, aussi, devant celui d’un couple qui se reconstruit. La photographie somptueuse de Pierre Mignot épouse ce lent affranchissement, peu bavard, mais éloquent, qui a valu à la regrettée actrice un prix d’interprétation féminine à Cannes. Un vrai trésor nouvellement ajouté au catalogue de Tou.tv.


Philippe Papineau

Rouler sur les pavés du monde entier
Skate le monde est une des belles productions du moment au petit écran québécois. Son animateur, Mathieu Cyr, est connu comme humoriste, mais il ne s’y retrouve pas parachuté. Sa passion du skateboard est réelle, et le fait qu’il pratique lui-même ce sport permet de vraies rencontres avec des adeptes de partout sur la planète. Skate le monde s’attarde à un pays à la fois, et à chaque étape on découvre les pionniers locaux. On comprend le rapport de chaque société avec ce sport, et par le fait même son rapport à la rébellion, à la différence, à l’art, à la tradition. Une belle façon de voyager par procuration.


Caroline Montpetit

Musique et météo
Les capsules Micro Météo, mises en ligne par le compositeur Maxime Goulet, allient la délicatesse de la poésie et la force du chant opératique du ténor Jean-Michel Richer, sur le flot du piano de Christian Girard, en 30 minuscules secondes. Goulet a mis en musique des lignes de poésie qu’il a écrites, sortes de haïkus météorologiques détaillant le quotidien, pour en faire des clips punchés et efficaces. « Le temps passe, le temps change, ces beaux nuages grisonnent peu à peu. Nouveau visage, temps plus vieux », chante Richer. Le tout défile sur des illustrations signées Émilie Goulet, et est disponible gratuitement sur YouTube.