«Jeffrey Epstein, pouvoir, argent et perversion»: dans la toile d’Epstein

Netflix

Dans la bande-annonce de Jeffrey Epstein : pouvoir, argent et perversion, Virginia Roberts, l’une des premières victimes à dénoncer un système de trafic sexuel de mineures, lance un avertissement sans équivoque : « Ces monstres sont encore là. Vous avez eu notre liberté, on aura la vôtre. » À l’écoute de cette docusérie de quatre épisodes, ce qui sonne comme un règlement de comptes s’avère bien plus que cela. On a plutôt affaire à une extraordinaire mise à nu qui tient autant de la catharsis que de la volonté ferme de mettre un frein à un odieux système pyramidal.

Jeffrey Epstein a été retrouvé mort dans sa cellule dans l’attente de son procès pour trafic de mineures, en 2019. Depuis, la justice américaine poursuit son enquête, chauffant notamment le derrière du prince Andrew. C’est sur ces bases que la réalisatrice Lisa Bryant plonge dans cette saga, avec l’ambition de mettre au jour les mécanismes qui ont conduit à la mise en place d’une si triste toile. Dotée de moyens costauds, cette production, parrainée par l’essayiste James Patterson, ne lésine sur rien, multipliant les plans travaillés au scalpel et les confidences chocs.

La minisérie fonctionne par accumulation, convoquant une foule de témoignages, certains réfutant les autres, d’autres niant tout en bloc (c’est le cas de Ghislaine Maxwell, amie proche d’Epstein), au gré d’une chronologie limpide ponctuée de retours en arrière éclairants. La figure fuyante du milliardaire, souvent décrit comme un énigmatique Gatsby, y paraît plus précise que jamais. Mais c’est dans le portrait des victimes que la somme, proprement colossale, prend sa pleine mesure. Jusqu’à la nausée.

Jeffrey Epstein: pouvoir, argent et perversion

Netflix, dès mercredi