Loin des yeux et près du coeur

Photo: iStock

99 % Invisible

« L’essentiel est invisible pour les yeux », disait le Petit Prince de Saint-Exupéry. Et ce qui ne se voit pas, du moins du premier coup d’œil, est ce qui tient fortement à cœur aux créateurs du balado américain 99 % Invisible.

La populaire et réputée production — qui fait en quelque sorte partie du « 1 % » des balados mondiaux ! — est animée par Roman Mars et s’attarde à l’architecture et au design, à ce qui ne saute pas aux yeux mais qui nous relie, d’une certaine façon. Avec plus de 400 épisodes au compteur, les sujets abordés ne manquent pas : l’ombre dans les villes, ce qui influence la qualité d’un moment d’attente, le rôle du sable, l’impact économique de la forme des piments forts pour les agriculteurs, etc.

On dirait que 99 % Invisible est de plus en plus nécessaire, ou du moins que son angle d’attaque trouve un meilleur écho dans notre monde actuel. Notre rapport à la ville, à notre environnement physique, à la forme des choses et à leur influence est plus aiguisé que jamais, et le balado vient grandement nourrir nos réflexions, personnelles et sociales.

Le temps d’une marche

Déambuler en ville, c’est une chose, mais comprendre réellement son quartier, ses origines, ses personnages, bâtis ou vivants, c’est autre chose. Le balado Le temps d’une marche offre la visite guidée de deux quartiers de Montréal, soit le Plateau-Est et Parc-Extension.

Produit par Magnéto mais mis en œuvre par le Centre d’écologie urbaine de Montréal, Le temps d’une marche est une version audio et locale des Promenades de Jane, une initiative mondiale où des visites sont organisées par des citoyens, des élus ou des organismes bénévoles.

Ici, les deux épisodes d’une vingtaine de minutes sont portés par des résidents engagés, qui présentent leurs souvenirs et leur vécu à travers des endroits parfois anecdotiques mais non moins symboliques de l’esprit de leur coin de métropole. La bretelle Masson du « Village De Lorimier » ou l’« église bleue » de Parc-Ex nous en racontent plus qu’on pense. On se souhaite davantage d’épisodes dans le futur, montréalais ou pas.