Merveilles et horreurs

Photo: iStock

Rabbit Hole

Reconnu pour son balado The Daily, le New York Times a lancé cette semaine une nouvelle production intitulée Rabbit Hole, menée par son chroniqueur techno Kevin Roose et pour laquelle il est accompagné de l’équipe derrière la réputée série audio Caliphate. Au cœur du balado se trouve la question simple mais porteuse : comment Internet nous change-t-il ?

Après l’écoute du premier épisode mis en ligne, on comprend qu’on ne s’attardera pas sur des considérations purement techniques, mais bien sur les répercussions sociales du Web. Le titre évoque d’ailleurs Alice au pays des merveilles et son passage vers un monde parallèle, et fait aussi référence à des sujets qui semblent mineurs mais qui finissent par nous gruger, nous avaler tout rond.

L’épisode initial s’intitule d’ailleurs Wonderland, et nous permet de découvrir Caleb Cain, dont la consommation intense de vidéos sur YouTube lui a permis de s’évader de sa vie difficile, mais a aussi eu pour effet de l’isoler dans une bulle idéologique. Dans un article de présentation, Roose cite Marshall McLuhan, qui disait : « Nous façonnons nos outils, et ceux-ci, à leur tour, nous façonnent. » Et pas toujours pour le meilleur. En trame de fond, on ne peut oublier la tuerie de Christchurch, en Nouvelle-Zélande, en mars dernier.

Urgence sur la ligne

Parlant de drames qui se trament, le balado de Radio-Canada Urgence sur la ligne vient rapidement en tête. Les six épisodes de cette production lancée il y a quelques semaines offrent une plongée dans les coulisses du travail de répartiteurs québécois pour le 911.

Nourri d’extraits téléphoniques et d’explications des répartiteurs impliqués, Urgence sur la ligne s’attarde à différentes situations – un feu, un accident de camion, un vol à l’étalage. Mais le triste et happant clou de la série est sans aucun doute le récit en deux épisodes de l’appel d’Alexandre Bissonnette, le tueur de la mosquée de Québec.

L’écoute est bouleversante, mais aussi très instructive. Au fil de la conversation, on comprend comment le 911 a fait pour le garder au bout du fil en attendant l’arrivée des policiers, quel ton on devait utiliser, quels mots éviter. « Est-ce que c’est stressant, être répartiteur au 911 ? » lancera même Bissonnette à son interlocuteur. En tout cas, ça l’est pas mal pour l’auditeur.