«Mrs. America»: combat de femmes

Cate Blanchett est magistrale dans le rôle de Phyllis Schlafly, une redoutable militante anticommuniste et antiféministe qui réussit à empêcher l’adoption, dans les années 1970, de l’«Equal Rights Amendment».
Photo: FX Cate Blanchett est magistrale dans le rôle de Phyllis Schlafly, une redoutable militante anticommuniste et antiféministe qui réussit à empêcher l’adoption, dans les années 1970, de l’«Equal Rights Amendment».

Les admirateurs de l’actrice australienne Cate Blanchett attendent avec impatience cette minisérie, sa première incursion à la télé américaine. Et ils ont bien raison : elle est magistrale dans le rôle de Phyllis Schlafly, une redoutable (et profondément détestable…) militante anticommuniste et antiféministe qui réussit à empêcher l’adoption, dans les années 1970, de l’« Equal Rights Amendment », qui, pour l’être, devait recevoir l’aval des deux tiers des États.

On suit donc son « combat » en parallèle de celui de plusieurs figures importantes de la « seconde vague » du mouvement féministe américain pour que ce projet d’amendement, qui stipulait simplement que l’égalité des sexes devait être respectée par toutes les législations du territoire américain. Mrs. America raconte la bataille politique et personnelle de la militante et journaliste Gloria Steinem (Rose Byrne), de la première candidate noire à l’investiture présidentielle démocrate, Shirley Chisholm (Uzo Aduba), de l’autrice et militante Betty Friedan (Tracey Ullman) et de plusieurs autres figures historiques à travers cette chronique inspirée du climat politique américain particulièrement effervescent des années 1970.

Chacun des neuf épisodes, dont plusieurs ont été scénarisés par la créatrice de la minisérie, Dahvi Waller (Mad Men, Desperate Housewives), est consacré plus spécifiquement à une de ces héroïnes, mettant en lumière habilement les incertitudes, les contradictions et les motivations de ces dernières. Elles sont toutes incarnées par des actrices généreuses et justes, qui ajoutent un supplément d’âme à ces personnages historiques qu’on a envie de mieux connaître, au-delà de cette fiction épatante.

Mrs. America

FX Canada et FX Now, mercredi, 22 h