Sur vos écrans: de la fiction à la réalité, à la fiction…

Une scène de «Toute la vie: la maternité adolescente»
Photo: Radio-Canada Une scène de «Toute la vie: la maternité adolescente»

De vraies histoires

 

Radio-Canada poursuit sa lancée des documentaires qui explorent les thèmes porteurs de ses séries populaires avec deux nouvelles productions de ce genre, qui arriment avec intelligence et pertinence la fiction à la réalité. Dans Une autre histoire : sans mes enfants, la vedette de la série signée par Chantal Cadieux, Marina Orsini, revêt son chapeau d’animatrice et rencontre des mères qui ont abandonné leurs enfants pour diverses raisons, parfois hors de leur contrôle, parfois non. Le documentaire, plutôt conventionnel dans sa forme, pose un regard sans jugement sur ces femmes qui ont pris une décision difficile, qui peut être si facile à condamner. C’est déjà beaucoup. Le lendemain, c’est au tour du feuilleton Toute la vie de Danielle Trottier de faire l’objet d’une extension documentaire utile. Dans ce documentaire réalisé par Guy Édoin, des mères adolescentes d’hier et d’aujourd’hui témoignent de leur expérience de jeunes mamans, du regard des autres sur leur rôle de parent en devenir, du jugement de leur propre famille, de l’organisation [ou la désorganisation] de leur vie après la naissance de leur enfant, des joies et des difficultés d’être responsable d’un petit humain si tôt. En prime, on a droit à une visite de l’école Rosalie-Jetté, l’inspiration bien réelle de l’école Marie-Labrecque de la série.


Une autre histoire : sans mes enfants
Radio-Canada, lundi, 21 h

Toute la vie : la maternité adolescente
Radio-Canada, mardi, 20 h

 

Avec les derniers nomades

 

Guillaume Dulude est docteur en neuropsychologie, il enseigne la psychologie de la communication et fait des conférences sur le leadership. Mais c’est aussi un voyageur curieux et aventurier avide de rencontrer des populations isolées et un cinéaste autodidacte motivé. Tout ce bagage lui sert dans cette série documentaire dans laquelle il va à la rencontre de peuples qui ont toujours un mode de vie nomade traditionnel, malgré la modernité qui les guette et qui les envahit parfois. Chacun des épisodes constitue un journal filmé (à équipe très réduite) de la rencontre de Dulude avec ces peuples, qui comptent souvent moins de 1000 âmes, et des quelques jours qu’il passe avec eux pour observer leur mode de vie, leurs mœurs, leur division du travail, leurs loisirs. Le guide et animateur livre ses observations anthropologiques directement à la caméra, en plus d’expliquer ses propres gestes auprès de ses nouveaux hôtes pour se faire accepter, lui et son attirail de tournage… Le procédé peut parfois tomber un peu sur les nerfs, mais il a l’avantage de ne pas nuire à la spontanéité de l’exercice, qui ne se veut en aucun moment conquérant. La série nous entraîne ainsi chez des populations toujours nomades d’Éthiopie, de Mongolie, de Thaïlande, du Gabon et de Tanzanie.


Tribal
TV5, vendredi, 21 h

 

Fiction réaliste, la suite…

 

On vous a déjà écrit en ces pages tout le bien qu’on pensait de cette série dramatique adolescente tirée d’un concept néerlandais, dont les intrigues revêtent les habits du docuréalité pour traiter de sujets qui concernent les jeunes du secondaire, mais aussi dans une certaine mesure, les plus jeunes et leurs parents... Quelques jours après que Radio-Canada a fait migrer les épisodes de la première saison vers le volet gratuit de Tou.tv, voilà qu’arrive une nouvelle fournée qui ne déçoit pas. Les premiers épisodes que nous avons pu voir traitent des conséquences du silence sur sa santé mentale et physique, des relations en dents de scie avec les professeurs et leurs conséquences, des aléas de l’amitié à géométrie variable.


L’effet secondaire, saison 2
Tou.tv Extra, dès mardi

 

Machine à tout faire

 

Les séries télé tirées d’œuvres littéraires n’ont rien d’exceptionnel. Par contre, celles qui sont inspirées par des œuvres picturales sont beaucoup plus rares. C’est le cas de cette nouvelle minisérie, signée par le nouveau venu Nathaniel Halpern et réalisée par plusieurs « grands noms » tels Jodie Foster et Mark Romanek (Never Let Me Go), qui tire son origine dans le travail de l’artiste visuel suédois Simon Stålenhag. La série de science-fiction emprunte les habits du conte pour raconter les histoires des habitants d’une ville qui se trouve au-dessus d’une machine, le Loop du titre, qui permet d’élucider les mystères de l’univers et de rendre possible ce qui ne l’était pas jusque-là. Les quelques extraits qu’on a pu voir suggèrent une œuvre magnifique sur le plan formel. Pour le reste, il faudra attendre le 3 avril.


Tales from the Loop
Amazon Prime Video, dès vendredi

Le visionnement de la semaine

Le haletant thriller espagnol est l’un des titres les plus regardés du géant rouge, toutes langues confondues, alors c’est dire comment cette quatrième saison est attendue, surtout en ces temps de confinement quasi planétaire. Parlant de confinement, les fans de la série vont retrouver les cambrioleurs et leurs otages coincés dans la Fabrique nationale de la monnaie et du timbre, après une finale de troisième qui laissait craindre le pire pour certains des ambitieux voleurs. En complément de programme, on a droit à un documentaire sur la production de la série et son influence.
 

La maison de papier (Casa de Papel [V.O. espagnole]), saison 4 et La maison de papier : le phénomène
Netflix, dès vendredi