«Julien Roussin Côté»: simplicité très volontaire

Chaque épisode est consacré à un individu, à une famille ou à un groupe de personnes qui ont opté pour un habitat hors de l’ordinaire.
Photo: UNIS.tv Chaque épisode est consacré à un individu, à une famille ou à un groupe de personnes qui ont opté pour un habitat hors de l’ordinaire.

Le citadin moyen rêve parfois de s’extirper de son univers contraignant et de la routine métro-boulot-dodo qui le rythme. La série documentaire La belle vie avec Go-Van donne la parole à des gens qui ont trouvé le moyen de se sortir de ce cycle rassurant, ou étouffant pour certains, en choisissant un milieu de vie atypique.

L’animateur, Julien Roussin Côté, qui a lui-même tout quitté il y a quelques années pour vivre dans son camion aménagé et qui a depuis lancé une plateforme web à l’usage des nomades motorisés, se promène dans l’est du Canada pour aller à la rencontre de ces « audacieux » qui ont abandonné une partie de leur confort moderne pour vivre avec moins et à un rythme moins effréné. Chaque épisode est consacré à un individu, à une famille ou à un groupe de personnes qui ont opté pour un habitat hors de l’ordinaire : dans un géonef, un bateau, un camion, une minimaison, une yourte, en commune…

L’intérêt principal de ces portraits de « simplicitaires » d’aujourd’hui réside dans leurs explications éclairantes des motivations économiques, politiques, environnementales et morales de leur choix de vie et des effets, négatifs mais surtout positifs, de ce choix sur leur existence. Leur volonté d’autosuffisance, de regagner le contrôle sur leur propre vie, d’avoir plus de temps et moins de possessions, d’être plus respectueux de la nature, qui émane de leur discours, pourrait en inspirer plus d’un, ou à tout le moins donner à plusieurs matière à rêver d’une existence plus simple.

 

La belle vie avec Go-Van

Unis, jeudi, 20h