Sur vos écrans: changements de parcours

L’Éthiopie de mon cœur
Radio-Canada L’Éthiopie de mon cœur

Retour aux sources

 

On connaît la journaliste Azeb Wolde-Giorghis pour ses reportages d’un peu partout dans le monde (et parfois comme cheffe d’antenne) sur les ondes radio-canadiennes. Dans ce documentaire très personnel, la reporter se dévoile pour nous emmener dans le pays qui l’a vue naître et qui a passablement changé depuis son départ, au milieu des années 1970. Azeb Wolde-Giorghis donne ainsi la parole à ses parents et à des proches pour raconter l’histoire récente de ce pays resté marqué par le régime dictatorial sanglant qui a fait des centaines de milliers de victimes, de 1977 à 1991, et par une pauvreté extrême, largement médiatisée en Occident dans les années 1980. La journaliste dresse toutefois le portrait actuel d’un pays qui vit de grandes transformations. L’Éthiopie connaît une croissance économique très rapide depuis une dizaine d’années, stimulée par les investissements étrangers, principalement chinois, par la disponibilité d’une main-d’œuvre (très) bon marché et par l’innovation technologique. Le documentaire s’attarde sur cette nouvelle donne économique, qui ne fait malheureusement pas de cadeaux aux plus démunis, encore trop nombreux. Un portrait certes lumineux et « amoureux », mais pas jovialiste pour autant.


Doc Humanité : L’Éthiopie de mon coeur
Radio-Canada, samedi, 22 h 30

 

Belle et ingénieuse

 

L’actrice d’origine autrichienne Hedy Lamarr a fait les beaux jours de l’âge d’or hollywoodien des années 1940 et 1950. Celle qu’on peut presque confondre avec Vivian Leigh tellement elle lui ressemble, et dont on dit qu’elle a inspiré la Blanche-Neige du dessin animé de Disney, s’est fait remarquer dans sa jeunesse par sa très grande beauté et par son côté « subversif », pour avoir joué nue dans un film des années 1930. Puis, le temps a passé, son étoile a pâli, puis a disparu… Ce n’est qu’au début des années 1990, dix ans avant sa mort, qu’ont été dévoilés dans les médias ses talents de scientifique « amateur » et d’inventrice ingénieuse : durant la Seconde Guerre mondiale, elle a inventé avec le compositeur George Antheil un procédé de saut de fréquences, d’abord destiné (sans grand succès) à l’usage militaire, qui rendra possible beaucoup plus tard le fonctionnement des satellites, des GPS et du wifi.

Ce documentaire assez conventionnel d’Alexandre Dean raconte le destin à la fois fabuleux et terriblement triste de cette femme, qui a connu une fin de vie de recluse, défigurée par de trop nombreuses interventions chirurgicales esthétiques (dont certaines pour lesquelles elle fit figure de « pionnière »…), appauvrie, mais dont on reconnaîtra l’ingéniosité en toute fin de course.


Hedy Lamarr : la femme derrière le wifi
Explora, mardi, 21 h

 

Apprendre à se défendre

 

Les drames juridiques se suivent et se ressemblent souvent au petit écran américain. Celui-ci, inspiré de l’histoire vraie d’Isaac Wright Jr. — un ex-détenu condamné à tort à la prison à perpétuité, qui a fait ses études de droit et assuré la défense de codétenus pendant sa détention et qui a finalement réussi à prouver son innocence —, se distingue du lot par sa prémisse. Il reste à voir si le résultat à l’écran sera réussi. La bande-annonce de cette série, produite entre autres par le rappeur 50 Cents, laisse croire que ce sera souvent grandiloquent. Il faut tout de même donner une chance au coureur…


For Life
ABC et CTV, mardi, 22 h
 

L’ultime retour de Carrie Mathison

 

Les fidèles du thriller d’espionnage culte Homeland ont dû être patients pour savoir ce qu’il advient de leur héroïne bipolaire, qu’ils ont laissée très désorientée et dans un sale état après une longue détention en Russie à la fin de la saison 7, diffusée à l’hiver 2018. Les voilà récompensés avec cette ultime saison de jeux d’espions et de contre-espions qui, selon ce que l’auteur Alex Gansa a révélé à la presse, bouclera la boucle sur la relation complexe entre Carrie et son mentor Saul.


Homeland, saison 8
Showtime et Crave, dimanche, 21 h

Le visionnement en continu

Sorti sur un seul écran québécois l’été dernier, ce documentaire consacré à la mythique étiquette de jazz, qui fêtait alors ses 80 ans d’existence, est maintenant disponible gratuitement (mais avec des publicités) sur la plateforme de visionnement en continu de la CBC. Ce film de Sophie Huber fait la part belle à des archives rares de légendes d’hier, aux propos éclairants de celles d’aujourd’hui (Herbie Hancock, Wayne Shorter) et de celles en devenir (Robert Glasper, Norah Jones), en plus de dresser un portrait historique du jazz et de son « cousin » moderne, le hip-hop.
 

Blue Note Records : Beyond the Notes

CBC Gem, dès vendredi