«L’essor de Shekinah»: des femmes hassidiques se dévoilent

Ce documentaire du Montréalais Abbey Neidik donne la parole à des juives hassidiques de la branche loubavitch.
Photo: Radio-Canada Ce documentaire du Montréalais Abbey Neidik donne la parole à des juives hassidiques de la branche loubavitch.

Les femmes hassidiques que l’on croise dans certaines rues de Montréal font leur chemin dans une discrétion absolue, sans porter leur regard sur les étrangers « non juifs » et sans leur adresser la parole. On ne les entend pas non plus dans les médias. Et pourtant, elles fascinent… Ce documentaire du Montréalais Abbey Neidik, qui s’est intéressé à elles dans un film précédent, donne la parole à des juives hassidiques de la branche loubavitch, plus « libérale » que certaines autres.

Ces femmes, qu’il a rencontrées à Londres, New York, Jérusalem et Sainte-Agathe, s’expriment sur leur façon de participer à l’essor de la Shekinah, la forme féminine de Dieu, une condition jugée nécessaire à la venue du Messie, qui serait imminente selon cette branche du judaïsme. À travers leurs obligations familiales imposantes, elles arrivent à prendre leur place dans le monde et à se réaliser afin de permettre au Messie de transformer le monde en un « paradis de paix ».

Le documentariste obtient ainsi les témoignages de femmes très enthousiastes quant à leur mission et à leur engagement, dont une conférencière animant des séminaires de jeunes hassidiques, une thérapeute de Jérusalem qui partage les tâches ménagères de façon équitable avec son mari, et les membres d’un groupe rock hassidique new-yorkais. Il arrive également à recueillir les confidences plus mitigées d’une Londonienne, encore toute jeune et déjà divorcée, qui remet en question son engagement dans la communauté. Malgré cette relative liberté, on sent que le poids des traditions peut être parfois trop lourd pour certaines.

 

L’essor de Shekinah

Radio-Canada, samedi, 22 h 30