«Bit Playas»: transcender les stéréotypes

Nigel Downer et Kris Siddiqi incarnent deux amis très proches, l’un jouisseur et opportuniste, l’autre plus appliqué mais influençable, qui tentent de faire leur place dans le milieu télévisuel.
Photo: CBC Gem Nigel Downer et Kris Siddiqi incarnent deux amis très proches, l’un jouisseur et opportuniste, l’autre plus appliqué mais influençable, qui tentent de faire leur place dans le milieu télévisuel.

Depuis quelques années, il est souvent question dans les médias québécois de la timide présence sur nos séries de fiction d’acteurs et d’actrices de « minorités visibles ». Cette rareté est moins perceptible dans les productions du Canada anglais, puisque plusieurs séries mettent en vedette des comédiens de différentes communautés culturelles, parfois dans des premiers rôles, comme ce fut le cas dans la version anglaise de 19-2.

Ça ne veut pas nécessairement dire qu’il est plus facile pour les interprètes issus de la diversité de se tailler une place dans le milieu. La websérie comique Bit Playas, écrite et interprétée par Kris Siddiqi et Nigel Downer, deux comédiens torontois de minorités visibles, laisse entrevoir dans une forme éclatée et souvent caricaturale les embûches auxquelles peuvent faire face les artistes désireux de percer, dont certaines formes de racisme, parfois involontaires, qui prévalent encore dans l’industrie de la télé et du cinéma.

Les deux comédiens incarnent deux amis très proches, l’un jouisseur et opportuniste, l’autre plus appliqué mais influençable, qui tentent de faire leur place dans le milieu télévisuel, à coups d’auditions pour des petits rôles souvent très stéréotypés, pour lesquels ils doivent (à contrecœur) en faire des tonnes pour avoir une chance de les décrocher. Le premier épisode, survolté autant dans la facture visuelle, proche de la bande dessinée, que dans le rythme enlevé, donne envie de voir les sept autres de cette quête professionnelle pas reposante.

 

Bit Playas

CBC Gem, dès jeudi