Google mise sur Montréal pour son nouveau service de jeux vidéo Stadia

Le nouveau service de jeu Stadia a été accueilli le mois dernier par des critiques nuancées.
Photo: Drew Angerer / Getty Images / Agence France-Presse Le nouveau service de jeu Stadia a été accueilli le mois dernier par des critiques nuancées.

Sébastien Puel a vu Montréal devenir un centre névralgique des jeux vidéo au cours des 17 dernières années. Selon le nouveau directeur général du premier studio de jeux de Google, il « n’y a aucune limite » à la croissance de ce secteur florissant dans la métropole québécoise.

« Tout a énormément évolué. Tout ce dont on a besoin pour créer un jeu existe à Montréal : les gens qui conçoivent les outils, les gens qui programment, les grands éditeurs et les petits créateurs, mentionne M. Puel au cours d’un récent entretien à La Presse canadienne. C’est franchement incroyable d’avoir tout au même endroit. C’est assez unique dans le monde. Et peut-être que la seule chose qui manquait était un studio « first party ». »

La mission du studio de Google de Montréal est de concevoir du contenu exclusif pour le nouveau service de jeu Stadia basé sur le nuage du géant technologique. Jade Raymond, une figure bien connue de l’industrie des jeux vidéo et native de Montréal, a été placée à la tête de l’entreprise.

Le studio de Montréal est en train de recruter son équipe. Au cours d’une entrevue au blogue de Google Canada, M. Puel a indiqué que l’entreprise avait reçu en seulement quelques mois « des milliers de candidatures malgré un nombre de postes limité ».

M. Puel connaît de première main la réputation que s’est taillée Montréal dans le milieu des jeux vidéo sur le plan de la conception des titres à budget élevé ou « triple A », notamment la franchise Assassin’s Creed. La plupart des titres de cette populaire série ont été conçus dans le studio montréalais de la société française Ubisoft. M. Puel, lui-même, était le producteur de Assassin’s Creed II.

Montréal, « l’endroit idéal »

Les principaux acteurs comme Square-Enix, Bethesda, EA et WB Games sont tous présents à Montréal. Behaviour Interactive, créateur du jeu d’horreur de survie le plus vendu Dead by Daylight, y a même établi son siège social.

« Il y a toujours cette idée que les jeux se font au Japon ou peut-être sur la côte ouest, mais honnêtement, quand on commence à regarder les chiffres, on se rend compte que Montréal, surtout sur le plan de la production de gros jeux triple-A, est l’endroit idéal », soutient M. Puel.

Jack Buser, directeur des jeux et du développement commercial de Google, mentionne que Montréal figure parmi les cinq premières villes mondiales au chapitre de la création des jeux vidéo avec Tokyo, Londres, San Francisco et Austin, au Texas. Selon lui, la réputation de la métropole québécoise pour attirer les meilleurs talents et réaliser des produits à succès en faisait un choix judicieux pour le premier studio de développement de Google.

« Un certain nombre de facteurs étaient en jeu là-bas, dont le moindre n’était pas le riche héritage montréalais dans la production de jeux, a-t-il souligné au cours d’une entrevue téléphonique. C’est une ville mondialement connue qui a créé certains des divertissements interactifs les plus appréciés au monde, et nous ne pouvions pas penser à un meilleur endroit pour commencer avec notre premier studio triple-A. »

Les universités au coeur de la réussite

M. Puel attribue en partie le succès montréalais aux universités que compte la métropole.

Les universités McGill et Concordia offrent un baccalauréat en informatique axé sur les jeux vidéo tandis que l’Université de Montréal propose un programme d’études supérieures en conception de jeux. Ubisoft et Concordia se sont récemment associés pour lancer un cours en ligne de conception de jeux.

« En 2003, quand je suis arrivé à Montréal, les études pour la conception de jeux n’existaient pas. On devait apprendre par soi-même, rappelle M. Puel. Aujourd’hui, on peut trouver certains des meilleurs cours à Montréal. Nous avons des jeunes vraiment exceptionnels ici. »

Le nouveau service de jeu Stadia a été accueilli le mois dernier par des critiques nuancées. Les moyens techniques derrière le service, qui permet aux appareils des téléphones aux téléviseurs HD de diffuser des jeux en haute qualité, ont été largement applaudis. Son contenu comprenant 22 jeux, dont tous, sauf un, sont déjà disponibles sur d’autres systèmes l’a été beaucoup moins.

« Ma conviction est que ces contraintes disparaîtront d’ici des mois, espère M. Puel. Ce n’est pas seulement un produit, c’est un service, et un service, cela progresse tout le temps. »