«Eaux turbulentes»: «nordic» noir en Francontarie

On suit le retour au bercail particulièrement éprouvant d’une policière (Hélène Florent) encore traumatisée par une bavure policière aux conséquences dramatiques.
Photo: Radio-Canada On suit le retour au bercail particulièrement éprouvant d’une policière (Hélène Florent) encore traumatisée par une bavure policière aux conséquences dramatiques.

Après la déception que fut la dernière série francophone hors Québec diffusée à Artv, la malheureusement un peu oubliable Conséquences, on pouvait craindre le résultat de cette minisérie policière située dans le nord de l’Ontario. Le premier épisode (le seul que nous avons pu voir…) de cette production aux accents « nordic noir », la première série télé scénarisée par Marie-Thé Morin, une figure importante du théâtre franco-ontarien des 40 dernières années, réalisée par Lyne Charlebois, surprend agréablement, autant dans sa forme que dans son fond.

On y suit le retour au bercail particulièrement éprouvant d’une policière (Hélène Florent) encore traumatisée par une bavure policière aux conséquences dramatiques, qui reprend du service dans la petite ville minière du nord-est de l’Ontario qu’elle a depuis longtemps quittée avec son fils, aujourd’hui ado. Dès son arrivée, elle se retrouve plongée dans l’enquête sur le meurtre d’une jeune femme autochtone, à laquelle elle n’est pas complètement étrangère.

 Ce polar rappelle les séries scandinaves par son portrait social nuancé d’une communauté minoritaire d’une région-ressource en déclin, où les relations entre Blancs et Autochtones sont tendues, et par son exploration des enjeux moraux complexes auxquels font face ses personnages, et aussi par son esthétique dépouillée et sombre, habilement composée par Charlebois. La différence d’accents des acteurs, qui dérangeait tant dans Conséquences, n’agace que très rarement, grâce au niveau de jeu plus homogène de sa distribution plurielle. Alors pas de raison d’hésiter à plonger dans cette enquête aux contours sociaux intéressants. Pourvu que la suite soit aussi réussie…

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

Eaux turbulentes

Artv, vendredi, 19 h