«Fragile»: destins croisés et contrastés

Pier-Luc Funk et Marc-André Grondin sont les vedettes de la nouvelle série de l’auteur Serge Boucher.
Photo: Radio-Canada Pier-Luc Funk et Marc-André Grondin sont les vedettes de la nouvelle série de l’auteur Serge Boucher.

Le réputé auteur Serge Boucher aime bien les intrigues familiales tortueuses, et sa nouvelle création, intitulée Fragile, ne fait pas tomber la pomme très loin de l’arbre. La nouvelle série dramatique présentée à partir de jeudi du côté de Tou.tv Extra joue sur une rencontre improbable et sur les contrastes de deux mondes.

Radio-Canada présentait lundi matin les deux premières heures de Fragile, une série de dix épisodes réalisée par Claude Desrosiers, qui a entre autres travaillé avec Serge Boucher surAveux et Olivier.

Au coeur de cette histoire campée en hiver se trouvent deux personnages qui semblent aux antipodes, Dom et Félix. Il n’y a pas de maladresse à dire que les deux meurent à la fin, puisque c’est ainsi que le générique initial les montre : à la morgue en train d’être emballés dans une housse mortuaire.

Un duo «extra-ordinaire»

« Il y avait l’idée de reprendre la même structure que celle de Feux, mais à l’envers. Feux, le début était au passé et puis on tombait dans notre présent, alors que là je voulais le contraire », a raconté Boucher lundi.

Dom (Pier-Luc Funk), 22 ans, est un jeune bricoleur qui possède déjà son garage, mais qui est issu d’un monde plutôt populaire. Il conduit un pick-up et habite encore chez sa mère (Sandrine Bisson), qui gère un casse-croûte avec sa soeur (Valérie Blais).

Le contraste avec Félix (Marc-André Grondin) est frappant. À 35 ans, ce dernier a déjà un lourd passé. On sait qu’il a fait cinq ans de prison après la mort de quelqu’un dans des circonstances qui restaient fort nébuleuses après deux épisodes — Fragile se dévoile visiblement à petits pas. Son retour dans la société n’est pas des plus simples, surtout dans le cadre de sa famille bourgeoise, les Lanthier, qui brassent de grosses affaires. Félix roule à vélo et se tient loin de l’alcool, quoi qu’en pensent certains membres de son entourage.

« Après Feux, j’avais envie d’une autre rencontre inusitée, improbable », explique Serge Boucher, qui qualifie aussi ce duo « d’extra-ordinaire », insistant sur les deux mots.

« Ça me tentait de voir ce que deux êtres pas destinés à se rencontrer […] peuvent s’apporter, à un moment précis de la vie. Qu’est-ce qu’on peut se donner ? »

Dom et Félix sont visiblement en quête de bonheur et de liberté. Le premier, mal à l’aise avec sa copine Kim (Juliette Gosselin), est couvé par sa mère. Le second essaie de reprendre une place normale dans la société malgré son passé.

« Félix est vraiment un personnage en quête d’identité, un personnage qui est pogné, qui est pris à se refaire. J’avais vraiment envie d’un personnage dans une espèce de quête spirituelle. » En voix hors champ, le personnage cite de temps en temps des extraits du livre Le pouvoir du moment présent, d’Eckhart Tolle.

Pyramide

Plonger dans Fragile demande une bonnedose de concentration. Les présentations se font assez rapidement, et les multiples liens familiaux et amicaux peuvent demander un peu de recul. Reste que ces connexions s’érigent en une espèce de pyramide qui, on l’imagine, va s’effriter au fur et à mesure que les secrets des uns et des autres seront révélés.

Quelques personnages semblent clés dans l’énigme, dont Bazou (Martin Drainville), qui est l’oncle de Dom mais aussi l’espèce d’homme à tout faire des Lanthier. Le beau-père de Félix, Jean-Charles (Christian Bégin), risque bien de tirer les ficelles de Fragile, d’autant qu’il possède ses zones d’ombre.

À la lumière des deux premiers épisodes, la série joue bien avec l’hiver mordant, souvent filmé de nuit. La saison froide est aussi en contraste, encore une fois, avec les scènes d’été, où un accident d’auto fatal amènera Dom et Félix à la mort. De manière accidentelle ? Cela reste à voir.

Chez Radio-Canada, on ne lésine pas sur les superlatifs pour promouvoir Fragile. Christiane Asselin, la patronne de Tou.TV, l’a qualifiée de « premium ». « On parle beaucoup de Disney +, mais quand on a des oeuvres écrites comme ça, réalisées comme ça, avec un jeu d’acteur comme ça… Disney va offrir des belles choses, mais je pense qu’il y a juste nous autres qui pouvons offrir ça aux Québécois. »

La série se retrouvera à terme à la télévision, vraisemblablement à l’automne prochain, alors que de nouveaux flocons viendront recouvrir le mystère de Dom et Félix.

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.