Sur vos écrans: la science (presque fiction) à la rescousse

Scène tirée de la série «The End of the F***ing World»
Photo: Netflix Scène tirée de la série «The End of the F***ing World»

L’artillerie innovante

 

À quelques jours de la date anniversaire de la soirée d’attentats qui a secoué Paris en 2015 débute cette série documentaire française qui dresse un panorama des innovations technologiques développées un peu partout dans le monde dans les dernières années pour venir grossir l’arsenal militaire afin de lutter contre le terrorisme.

Les quatre épisodes de cette incursion dans les laboratoires de chercheurs en quête de nouveaux moyens techniques pour détecter les menaces et neutraliser à temps les possibles attaques terroristes expliquent comment ont été conçus et développés toutes sortes d’outils et de procédés, dont plusieurs relevaient de la science-fiction encore hier… Des robots espions déguisés en insectes confondant de réalisme, des « surfs » volants, des armures liquides qui deviennent solides sous les tirs de balles, des outils radar qui permettent de voir à travers les murs, d’autres qui peuvent détecter l’ADN olfactif de suspects : la liste est longue et impressionnante, parfois même tellement qu’elle en est épeurante.

La série fait la part belle aux propos éclairants des scientifiques qui ont travaillé sur ces projets, dans un effort de vulgarisation qui ne s’appuie heureusement pas sur des formules-chocs ou une réalisation tapageuse. C’est là une des grandes qualités de cette production rigoureuse et esthétiquement léchée.


La science face au terrorisme
Planète +, dimanche, 20 h

 

Protection planétaire

 

Cet autre documentaire, toujours français, au titre original anglais particulièrement parlant de Earth Attacks ! nous entraîne lui aussi tout près de la science-fiction, autant dans le propos que dans le ton adopté… C’est d’une trame sonore grandiloquente et d’une mise en scène un brin sensationnaliste qu’est enveloppé ce film au demeurant fort passionnant sur les dangers de contamination « terrienne » sur les planètes et astres à proximité, qui pourraient grandement nuire (et qui nuisent déjà parfois) aux recherches de traces de vie sur celles-ci. On y découvre les méticuleux (et onéreux) dispositifs d’aseptisation qui ont été utilisés ou qui sont encore développés pour empêcher que toute la « quincaillerie » que l’on a envoyée et qu’on envoie encore sur la Lune, Mars et autres planètes voisines ne laissent des micro-organismes qui pourraient possiblement créer de grands bouleversements…


Point doc : Futur proche
Télé-Québec, lundi, 20 h

 

Retour à l’hôpital

 

On retombe les pieds sur terre, là ou la science médicale ne suffit pas toujours pour changer le monde, dans les couloirs de l’hôpital Maisonneuve-Rosemont. On suivra avec bonheur, pour une troisième saison, le quotidien jamais banal des docteurs Gagnon, Mottard et Marquis, et d’autres collègues qui s’ajoutent à la « distribution » de cette magnifique série documentaire. Les premiers épisodes de ce nouvel effort sont révélateurs de l’état pas très réjouissant de notre système de santé (tout particulièrement celui diffusé cette semaine, intitulé « Sous pression »), et témoignent encore avec patience et respect patient du dévouement de ceux qui y œuvrent avec souvent peu de moyens, pas mal de fatigue et toujours beaucoup d’humanité.


De garde 24/7
Télé-Québec, jeudi, 20 h

Le visionnement de la semaine

Succès-surprise sur la plateforme Netflix l’an dernier, cette série de suspense anglaise (d’abord diffusée dans l’indifférence sur Channel 4) adaptée d’un roman graphique éponyme et qui intégre à merveille les codes du drame adolescent revient pour une suite très attendue. Le héros, un grand ado qui se croit psychopathe et tueur en série en devenir, est-il mort sous les balles des forces de l’ordre durant sa cavale avec sa potentielle victime, devenue l’objet de son affection ? La bande-annonce ne laisse rien filtrer à ce sujet…
 

The End of the f***ing World, saison 2
Netflix, dès mardi

Enquête personnelle

La mode du « Nordic Noir » ne s’essouffle pas en cet âge d’or de la télé. On en veut pour preuve cette nouvelle série suédoise, développée par les créateurs de la marquante Bron (The Bridge). Advokaten (The Lawyer, en version française) raconte en huit épisodes comment un brillant avocat et sa soeur policière aux stupéfiants mènent leur propre enquête pour piéger le responsable de la mort de leurs parents, le chef d’un groupe criminel que le frère « infiltrera ».

The Lawyer
Canal + International, lundi, 20 h, deux épisodes en rafale.

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.