Sur vos écrans: quelques retours

Scène d'«Un danger dans chaque bouchée»
Photo: Jha photographie Scène d'«Un danger dans chaque bouchée»

Une valeur sûre en temps d’incertitude

 

Pour le 41e gala de l’ADISQ, Louis-José Houde en est à sa 14e animation consécutive de cette célébration de la musique d’ici. On peut parler d’une stabilité rassurante pour célébrer une industrie qui vit depuis quelques années dans un tumulte inquiétant. Les blagues du plus populaire des humoristes de sa génération sauront comme d’habitude détendre l’atmosphère de cette cérémonie qui pourrait être marquée par quelques emportements légitimes… Si les lauréats se prononcent. Parmi les favoris de cette édition, notons la présence marquée des « recrues » Les Louanges et Alexandra Stréliski et des « vétérans » Ariane Moffatt et Les Trois Accords, parmi les nommés. Une première cette année : la remise de la première récompense pour l’artiste autochtone de l’année.

 
Le 41e Gala de l’ADISQ

Radio-Canada, dimanche, 20 h

 

Un autre retour

 

Après le grand retour d’Eddy Murphy dans le film Dolemite Is my Name, une production du géant rouge, voilà que son partenaire de jeu de la comédie-culte des années 1980 Coming to America (dont une suite est d’ailleurs en préparation… chez Netflix), l’animateur et humoriste Arsenio Hall, refait à son tour surface dans un premier spectacle d’humour pour la même plateforme. L’un des rois de fin de soirée de la télé américaine du début des années 1990 y abordera entre autres la position de l’humoriste dans le contexte politique américain actuel, le film qui l’a rendu célèbre et son expérience comme concurrent victorieux de The Celebrity Apprentice, la téléréalité qu’animait jadis l’actuel occupant de la Maison-Blanche…


Arsenio Hall Smart & Classy
Netflix, dès mardi

 

Loin d’être un caprice…

 

Le documentaire Un danger dans chaque bouchée, réalisé, scénarisé et produit par Robert Mercier, aborde un sujet pas tellement sexy, mais tout de même fort pertinent : la prolifération des allergies alimentaires et leurs conséquences dans la vie de ceux qui en souffrent. Le documentaire suit quatre jeunes polyallergiques de la région de Rimouski (ça nous change de la métropole…) qui racontent les difficultés qu’ils doivent surmonter quotidiennement pour arriver à se nourrir sans risquer d’être très malades ou même de mourir à tout moment. À leurs impressions sur les périls et frustrations causés par leur problème médical de moins en moins inusitée se superposent des entrevues avec des spécialistes de la santé qui expliquent les raisons de la multiplication des cas d’allergies alimentaires sévères et les moyens de les éviter ou de les atténuer.


Un danger dans chaque bouchée
Radio-Canada (est du Québec), samedi, 22 h 30, sur Tou.tv dès le lendemain

Le visionnement de la semaine

Les critiques au sud de notre frontière ont été très divisés sur cette nouvelle version de l’immense série d’anthologie des années 1960 créée par Rod Serling, qui explorait à travers le fantastique et la science-fiction les grandes peurs de la société américaine de l’époque. Le réalisateur Jordan Peele, qui s’est fait connaître par ses oeuvres de genre (Get Out, Us) pour explorer ces mêmes thèmes dans le contexte contemporain et avec un billet plus politique, produit et présente cette série d’histoires qui jouent dans les platebandes de Black Mirror et consorts.
 

The Twilight Zone : la quatrième dimension

Tou.tv, dès jeudi


Horreur d’auteur

Il y a, dans Les affamés de Robin Aubert, de l’hémoglobine, des effets de choc, des poursuites effrénées et des atmosphères anxiogènes. Il y a aussi (et surtout) du vrai bon cinéma, original et abouti, inspiré de Tarkovski comme de Bresson. Nommé meilleur film d’horreur de zombie de la décennie par le magazine américain Newsweek, ce film (aussi sacré meilleur film québécois aux prix Iris 2018) arrive enfin au petit écran, juste à temps pour l’Halloween.

Les affamés Dimanche,
Télé-Québec, 22 h

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.