«Diego Maradona»: les années napolitaines

Photo: HBO

Diego Maradona. Même si on ne s’intéresse pas du tout au soccer, ce nom ne nous est pas complètement étranger. Ce joueur de foot, que plusieurs considèrent toujours comme inégalé, a défrayé la chronique pour bien d’autres raisons que son style de jeu légendaire : ses extravagances, ses accointances avec le monde interlope et certains hommes politiques controversés et sa dépendance à la cocaïne, qui aura finalement eu raison de sa prodigieuse carrière professionnelle.

Maradona fascine les cinéastes depuis longtemps. Emir Kusturica lui a consacré un documentaire très personnel en 2008. C’est au tour du cinéaste britannique Asif Kapadia, qui s’est fait connaître pour ses documentaires biographiques Senna (2010) et Amy (2015), de proposer un film mettant en lumière le destin à la fois fabuleux et triste du « dieu » du ballon rond, en concentrant son observation sur les années pendant lesquelles Maradona a joué pour l’équipe professionnelle de Naples, une formation de « fond de classement » qu’il mènera jusqu’au triomphe. Kapadia n’utilise que des images d’archives, d’une richesse impressionnante, et des témoignages en voix hors champ du principal intéressé, de ses proches et de spécialistes du football, pour raconter ces sept années napolitaines, qui vont mener le prodige argentin issu d’un bidonville de Buenos Aires à une gloire radieuse sur le terrain et de plus en plus pesante partout ailleurs.

Il n’est aucunement nécessaire de connaître le personnage pour apprécier ce portrait pas du tout complaisant de ce joueur d’exception. Une certaine ignorance de son histoire est même bénéfique pour apprécier ce récit biographique truffé de montées dramatiques.

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

Diego Maradona

HBO et Crave, mardi, 21 h