Les Gémeaux de la police, de la prison et de la solidarité

Hélène Bourgeois-Leclerc, Isabelle Roy dans «District 31», a remporté le prix du Meilleur premier rôle féminin dans une série dramatique quotidienne.
Photo: Marie-France Coallier Le Devoir Hélène Bourgeois-Leclerc, Isabelle Roy dans «District 31», a remporté le prix du Meilleur premier rôle féminin dans une série dramatique quotidienne.

Peut-être verra-t-on enfin quelques sourires autour de la machine à café de District 31 ? Que les policiers de Luc Dionne abandonnent leur face d’enterrement : la série policière récoltait dimanche huit statuettes, dont le prix du public Fonds Cogeco.

Ses comédiens auront largement bénéficié du retour cette année des catégories récompensant des séries dramatiques quotidiennes, au sein desquelles seule l’émission de VRAK Clash leur offrait une opposition, l’équivalent d’un match de hockey Canada-Bulgarie.

Aux récompenses distribuées en après-midi, lors de l’avant-première, aux comédiens Michel Charette et Sophie Desmarais, ainsi qu’à l’auteur Luc Dionne et la réalisatrice Catherine Therrien, se sont additionnées en soirée celles de Patrice Godin et d’Hélène Bourgeois-Leclerc, qui rendait son badge et son arme en avril dernier. « Heille, District 31, what a ride ! », résumait-elle dans son discours de remerciement.

De retour à l’animation du grand gala de la télé québécoise — qu’elle coanimait en 2015 —, la vétérane Véronique Cloutier ouvrait la soirée avec un de ces numéros de chant et de danse qui semblent lui procurer beaucoup de joie, dans lequel avait été enchâssé un coup de chapeau (très Beyoncé) aux femmes de notre télé.

Photo: Marie-France Coallier Le Devoir Véronique Cloutier a ouvert la soirée avec un numéro de chant et de danse.

Un feu dans le décor allait interrompre son monologue d’ouverture, mais commencer sa carrière à MusiquePlus aiguise la répartie et le sang-froid. Sébastien Dubé (le Denis barbu des Denis Drolet) revendiquerait plus tard — à la blague — le brasier.

Seconde au palmarès du plus grand nombre de récompenses, la sixième et ultime saison d’Unité 9 repartait avec cinq trophées, dont celui de la Meilleure série dramatique annuelle et celui du Meilleur premier rôle féminin, décerné à Ève Landry. Son incandescente Jeanne Biron aura non seulement propulsé sa carrière, mais elle figure aussi désormais au panthéon des personnages les plus marquants du petit écran québécois.

 
Photo: Marie-France Coallier Le Devoir Ève Landry a décroché le Meilleur premier rôle féminin pour la série «Unité 9».

Pour les 30 ans et plus, Pierre-François Legendre et Catherine Trudeau seront toujours Carlos Fréchette et Lyne-la-pas-fine. Le couple qu’ils jouent dans Conseils de famille depuis maintenant cinq saisons cimente leur statut de duo mythique aux yeux d’une autre génération. Le téléroman pour parents et enfants repart avec quatre prix.

Alléluia pour M’entends-tu ?

« Alléluia ! » s’écrirait sans doute la très pieuse Fabiola, incarnée avec cœur et majesté par Mélissa Bédard dans M’entends-tu ?. L’hilarante et émouvante comédie de Télé-Québec, coiffée de quatre statuettes, prouvait en janvier dernier que le mot diversité ne sert pas qu’à émoustiller les subventionnaires et qu’il y a dans la représentation du quotidien des personnes issues de minorités ethniques, des communautés LGBTQ+ et des démunis une richesse narrative, et humaine, ne demandant qu’à être mise en lumière.

« Oublions pas que c’est notre télé pis que c’est le fun quand on est tous dedans », lançait sa créatrice, Florence Longpré, en recueillant le Gémeau du Meilleur premier rôle féminin pour une comédie (elle partage aussi celui des Meilleurs textes). « Évidemment, j’ai des amis qui me textent “caca” pendant que je suis ici », avouait-elle quelques secondes plus tôt, téléphone intelligent en main, une réplique que son Ada, attachante mais éternellement mal engueulée, n’aurait pas reniée.

Fabien Cloutier, célébré l’an dernier pour son rôle dans Faits divers, était de nouveau appelé sur scène, cette fois-ci pour Léo, une autre série prouvant, contrairement à ce que la machine à images a longtemps suggéré, qu’il existe un Québec à l’extérieur du Plateau Mont-Royal.

À l’instar de Léo, La vraie nature, Révolution, Like-moi ! et En direct de l’univers repartent avec deux prix. La série Plan B, larguée par Série+ puis rescapée par Radio-Canada, fait belle figure pour une deuxième année, avec trois Gémeaux. Même récolte pour le magazine jeunesse Cochon dingue et le Bye bye 2018 et Génial !

Reine de la précédente cérémonie, la comédie Lâcher prise n’aura décroché qu’un seul prix (celui de la Meilleure comédie), une belle occasion pour ses artisans de mettre en application la maxime coiffant leur émission.

Solidarité face à l’ennemi

La 34e édition des Gémeaux aura été marquée par plusieurs appels à se serrer les coudes face à l’envahisseur que représente Netflix (et autres plateformes semblables), de nombreux invités ayant épinglé une fleur blanche à leur boutonnière en guise de solidarité.

Un numéro plein d’autodérision réunissant des représentants des quatre grands réseaux québécois — Guy A. Lepage, Julie Snyder, Charles Lafortune et Christian Bégin — cristallisait cette invitation à faire front commun : l’ennemi, en télévision, n’est plus le concurrent local, mais celui, aux poches creuses, opérant de l’autre côté de la frontière.

Outre Florence Longpré, seuls deux nommés repartent des trois galas de cette semaine avec plus d’un trophée : Sébastien Diaz (deux pour le magazine de service Format familial et un pour la réalisation de la websérie Terreur 404, plébiscitée trois fois) ainsi qu’Olivier Arbour-Masse. Le journaliste de Radio-Canada ajoutait en effet dimanche soir un prix pour son documentaire sur le street rap à celui récolté mercredi lors du gala des artisans pour sa série sur la décroissance. Décroissance : voilà un précepte que les Gémeaux, qui remettent près de 150 statuettes lors de trois cérémonies, gagneraient à embrasser.

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.