«Alix et les merveilleux»: grandir de l’autre côté du miroir

La production compense par un habillage sonore hyperactif et des décors acidulés chargés qui écrasent un peu la joliesse du reste.
Photo: ICI Radio-Canada La production compense par un habillage sonore hyperactif et des décors acidulés chargés qui écrasent un peu la joliesse du reste.

Y aura-t-il toujours de quoi surprendre et rêver, de l’autre côté du miroir ? C’est le pari que fait l’auteur Jean-François Bélanger (Il était une fois dans le trouble) avec Alix et les merveilleux, énième variation plaisante et survitaminée du classique de Lewis Carroll que se partagent ICI télé et Télé-Québec cet automne. La quotidienne destinée aux enfants est pétaradante d’énergie et s’inscrit clairement dans le versant solaire du chef-d’œuvre britannique, la privant ainsi de la part lunaire pleine de paradoxes ayant permis à celui-ci de faire son chemin à travers les âges.

On s’en désole un peu, mais le jeune public cible, lui, risque de ne pas en tenir ombrage à l’équipe ultra-compétente qui tient la barre, devant comme derrière la caméra. À commencer par la guillerette Rosalie Daoust qui incarne la jeune Alix du titre avec juste ce qu’il faut de candeur et de fronde. À la réalisation, un quatuor rompu aux contenus jeunesse tire les ficelles avec autant d’efficacité que de belle folie : France Bertrand et Pierre Lord (Salmigondis, Ramdam), mais aussi Martine Boyer (Subito texto, Une grenade avec ça ?) et Guillaume Lonergan (Vrak la vie).

Les rares ajouts animés sont minimaux, on oserait dire même datés tant ils sont rudimentaires. La production compense par un habillage sonore hyperactif et des décors acidulés chargés qui écrasent un peu la joliesse du reste. Cette pommade sonore et visuelle tranche en effet vivement avec l’exubérance experte des costumes, coiffures et maquillages auxquels le texte verbeux, mais pétillant, donne ce qu’il faut de piquant pour briller malgré un écrin plus fruste.

 

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

Alix et les merveilleux

ICI Télé, du lundi au vendredi, 7 h 30, dès le 9 septembre ; à Télé-Québec, du lundi au vendredi, 17 h 30, dès le 23 septembre