S’arracher les patins des pieds

Stéphane Matteau
Photo: Z Stéphane Matteau

Patrice Lemieux, cette incarnation archétypale du hockeyeur coloré avec sa syntaxe décoiffante et sa logique imparable, a fini par prendre tant de place dans la vie de Daniel Savoie qu’il a dû se résigner à accrocher ses patins pour se retrouver. Ce retrait forcé a poussé l’humoriste derrière Patrice Lemieux 24/7 à envisager autrement la retraite de ceux qu’il a si bien concentrés dans ses textes, une épiphanie qu’il raconte dans le plaisant documentaire La vie après. 

Sans malice, à l’image de son personnage, Daniel Savoie réfléchit à la difficulté de se redéfinir après avoir touché le sublime en compagnie de six joueurs retraités de la LNH. Élégants en tout, Steve Bégin, Daniel Brière, Pascal Dupuis, Bruno Gervais, Stéphane Matteau et Maxim Talbot racontent le choc de l’après-carrière, alors qu’ils ont dû réapprendre à vivre dans l’ombre de l’athlète d’élite jadis sous le feu des projecteurs. C’est honnête, bien qu’un peu candide. Ce n’est assurément pas ici qu’on va gratter la plaie, et ce, même si un certain vague à l’âme perce à l’occasion.

Le ton quasi mélancolique de Savoie n’est pas étranger à la sagesse générale se dégageant de ce documentaire, qui s’avère en fait une simple mise en bouche télévisuelle. La vie après est en effet déjà destiné à d’autres déclinaisons, nommément une série télévisée et des capsules Web qui se retrouveront à rds.ca et à ztele.com cet hiver. Osons formuler le vœu que Daniel Savoie aura cheminé dans son deuil, lui permettant de renouer avec son mordant originel sous ses nouveaux oripeaux.  

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

La vie après

Z, mercredi, 19 h, en reprise jeudi, 14 h, vendredi, 8 h, de même que samedi 6 h et 18 h et dimanche, 12 h