Les géants qui chamboulent tout sur les écrans

«The Mandalorian» est une série dérivée de Star Wars, présentée par Disney +.
Photo: Walt Disney «The Mandalorian» est une série dérivée de Star Wars, présentée par Disney +.

La multiplication des plateformes de visionnement, déjà bien entamée avec l’apparition dans les dernières annéesdes CBS All Access, Paramount, Facebook Watch et autre Crave, toutes disponibles moyennant quelques dollars par mois, se poursuivra inexorablement dans les mois à venir… À cette liste déjà bien garnie de concurrents à la télévision « traditionnelle » s’ajouteront dans ce marché plusieurs gros joueurs, dont Warner, qui récupérera sa lucrative comédie Friends et aura l’exclusivité de diffusion de bien d’autres productions à succès sur sa plateforme HBO Max. Parmi celles-là, deux entreprises américaines emblématiques sont très attendues…

Mickey et la Pomme en continu

Disney +, la plateforme de visionnement en continu du géant du divertissement pour toute la famille, fait les choses en grand pour son inauguration le 12 novembre, à peine une petite dizaine avant la tout aussi familiale Thanksgiving, en lançant sept productions originales (du moins celles connues au moment où ces lignes sont écrites), dont des séries dérivées des univers de Toy Story (Forky Asks a Question, la première incursion de Pixar au petit écran), de Star Wars (The Mandalorian), de High School Musical, et une relecture en vraies prises de vue du classique La belle et le clochard. Que des valeurs sûres pour un lancement, trois jours avant que le Star Wars nouveau prenne l’affiche en salle.

Annoncée en grande pompe en mars dernier, la plateforme de productions originales d’Apple, au nom original d’AppleTv + devrait être lancée à une date encore indéterminée cet automne aux États-Unis et à une date tout aussi inconnue au Canada. On ne sait toujours pas combien coûtera l’abonnement à cette autre plateforme de visionnement en continu, ni l’ampleur du futur catalogue de productions originales signées par de grands noms du cinéma et de la télévision. Seule la série dramatique The Morning Show, produite et interprétée par Reese Witherspoon et Jennifer Aniston, sur l’univers des émissions d’information matinales, est annoncée pour diffusion cet automne. À une date encore inconnue.

(Super)héroïnes

Après une pléthore de superhéros, c’est au tour de Batwoman d’avoir sa série (CW, dès le 6 octobre), mettant en vedette Ruby Rose (Orange Is the New Black) et tournée au Canada. La cousine de Bruce Wayne prend sa relève de justicier à Gotham City,puisque Batman a quitté la ville. Toujours à la même chaîne, qui se spécialise dans le drame pour jeunes adultes, le personnage culte de la littérature jeunesse américaine Nancy Drew (CW, dès le 9 octobre) a enfin droit à une série à son nom bien à elle, également tournée au Canada. On retrouve la jeune détective en herbe qui vient d’obtenir son diplôme d’études secondaires et qui se retrouve au coeur d’une enquête pour meurtre.

On peut presque la qualifier d’héroïne, du moins de pionnière : la youtubeuse et comédienne canadienne Lily Singh sera la première femme « de couleur » à animer sa propre émission quotidienne de fin de soirée sur une grande chaîne américaine. Il faudra toutefois se coucher très tard pour suivreA Little Late with Lily Singh (à NBC et à Global, dès le 16 septembre), puisqu’elle débutera à 1 h 35 du matin.

Une autre pionnière, cette fois fictive : Eddie Falco incarne dans Tommy(CBS et Global, à une date encore inconnue), une comédie dramatique aux accents politiques (c’est du moins ce que laisse deviner la bande-annonce), une haute gradée de la police new-yorkaise qui devient la première femme à diriger le service de police de Los Angeles.

Photo: Netflix Le retour d’une héroïne toute royale, l’Elizabeth de la série biographique fleuve «The Crown» (Netflix, dès le 17 novembre).

Et soulignons également le retour d’une héroïne toute royale, l’Elizabeth de la série biographique fleuve The Crown(Netflix, dès le 17 novembre), qui en est désormais à sa troisième saison, qui couvre la période passablement turbulente allant de 1964 à 1977. La toujours excellente Olivia Colman (La favorite, Broadchurch) prend la relève de Claire Foy dans le rôle de la souveraine.

Un peu de politique

La fin des séries politiques emblématiques des années 2010, telles Veep et House of Cards, laisse la voie libre pour d’autres productions qui abordent cet univers complexe différemment. À cet égard, le premier effort du prolifique réalisateur et producteur Ryan Murphy (Glee, American Horror History) pour le compte de Netflix, la série d’anthologie The Politician (dès le 27 septembre) est sans doute l’une des productions les plus attendues de l’automne. Cette comédie noire suivra une course politique fictive, qui aura pour constante le personnage d’un jeune homme très ambitieux (et heureusement fortuné) qui souhaite un jour devenir président des États-Unis, mais se prépare plus réalistement à devenir celui du comité étudiant de son école secondaire…

Photo: Netflix Scène de la série «ThePolitician»

Toujours dans la veine comique, on est très curieux de jeter un oeil à Sunnyside (NBS, dès le 27 septembre), créée et interprétée par le comédien Kal Penn, qui a déjà travaillé au sein du gouvernement Obama. Il y incarne un ex-conseiller municipal de New York dont la carrière politique s’est terminée abruptement qui refait surface en étant embauché par un groupe d’immigrants qui espèrent devenir citoyens américains.

Ken, Dolly et le country

Il fallait bien que ça finisse par arriver… Presque 20 ans après avoir raconté l’histoire du jazz, le documentariste au long cours Ken Burns s’est penché sur l’autre musique symbolique des États-Unis, le country, dans Country Music (PBS, dès le 15 septembre). Il raconte son histoire en seize petites heures. Rien que ça…

Autre production « country » qui attire notre attention : la série d’anthologie Dolly Parton’s Heartstrings (Netflix, date encore inconnue), dont chacun des épisodes sera inspiré par une chanson du répertoire de la célèbre auteure-compositrice-interprète de Jolene.

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.