Guide des petits nouveaux de la télé québécoise

Le téléroman «Toute la vie» dressera le portrait de familles atypiques toutes neuves ou encore en devenir.
Photo: Véronique Boncompagni Le téléroman «Toute la vie» dressera le portrait de familles atypiques toutes neuves ou encore en devenir.

Des affaires de famille, un brin d’humour, quelques animaux, une poignée de drames et beaucoup d’intimité, l’automne télévisuel québécois se concentre autour de quelques lignes de force que voici rassemblées en six couleurs bien définies.

Dramaturges en ligne

L’Extra de Tou.tv accueille cet automne deux séries signées par des dramaturges d’ici. Après la très oubliable Olivier, le « vétéran » Serge Boucher propose en novembre Fragile, un drame familial et psychologique qui semble être dans la même veine que ses efforts précédents, Aveux, Apparences et Feux. Pier-Luc Funk et Marc-André Grondin figurent au générique. Le plus « émergent » Jean-Philippe Baril-Guérard, également romancier (Royal, lauréat du Prix des collégiens), s’aventure du côté de l’écriture télévisuelle avec la comédie dramatique « antiromantique » Faux départs, sur les tergiversations amoureuses de jeunes gens. Dès le 9 octobre.

Photo: Ludovic Rolland-Marcotte La comédie dramatique «Faux départs» traite des tergiversations amoureuses de jeunes gens.

Les deux nouvelles fictions des chaînes généralistes offrent chacune à leur façon des portraits de familles bien différentes. La série Alerte Amber signée Julie Hivon raconte en dix épisodes les efforts des parents (interprétés par Vincent Leclerc et Madeleine Péloquin) et des proches d’un jeune autiste de 12 ans qui vient d’être porté disparu. (TVA, dès le 9 septembre, 21 h) L’auteure Danielle Trottier (Unité 9) dressera quant à elle le portrait de familles atypiques toutes neuves ou encore en devenir dans le téléroman Toute la vie. On y suivra le parcours des élèves d’une école bien particulière : on n’y accueille que des adolescentes enceintes ou jeunes mamans. On note au générique la présence de Roy Dupuis, qui se fait plutôt rare au petit écran. (Radio-Canada, dès le 10 septembre, 20 h)

Photo: TVA La série «Alerte Amber» raconte en dix épisodes les efforts des parents et des proches d’un jeune autiste de 12 ans qui vient d’être porté disparu.

Riez toujours !

L’humour est encore très, très présent au petit écran cet automne, entre autres avec ces trois nouveautés qui nous changent des condensés de galas de festivals de comiques. Avec l’émission de variétés Faites-moi rire, l’animatrice Pénélope McQuade met en lumière ce qui fait rire des vedettes. Oui, encore des vedettes… (dès le 13 septembre, 20 h) Des vedettes, il n’y en aura heureusement pas beaucoup dans la série documentaire Rire sans tabous, dans laquelle l’humoriste Jean-François Mercier fait la connaissance de gens qui présentent une caractéristique dont on ne peut pas vraiment rire (ethnicité, handicap, etc.) pour construire un numéro comique. (Z, dès le 4 septembre, 21 h) Toujours à Z, Réal Béland suit des humoristes établis et de la relève dans le peaufinage devant public de leur spectacle dans En rodage. (Dès le 5 septembre, 19 h 30)

Raviver la flamme, au quotidien

Deux nouveautés s’intéressent dans des registres très différents aux relations de couple, et ce, à raison de plusieurs fois par semaine. Le docuréalité quotidien Si on s’aimait (dont la diffusion a été reportée à l'hiver 2020 par TVA) suivra sur 11 semaines des couples de 30 à 50 ans qui veulent donner un coup de barre dans leur vie conjugale. Pour ce faire, ils pourront compter sur l’aide de « l’experte en accompagnement relationnel » Louise Sigouin. Guillaume Lemay-Thivierge et Émily Bégin agiront à titre de couple témoin de cette expérience. Sur une note plus légère, V reprend un concept britannique très populaire et tout simple dans sa nouvelle téléréalité quotidienne À table avec mon ex : on réunit le temps d’un dîner deux ex-amoureux, qui ont ainsi la chance de régler de vieux conflits, et qui sait, de peut-être faire renaître leur relation. (Dès le 16 septembre, 19 h)

30 millions d’amis

Les magazines et documentaires animaliers ont toujours été des « valeurs sûres » pour les chaînes généralistes et câblées, qui avaient plutôt tendance à les programmer hors des heures de grande écoute. Et puis TVA est venu un peu changer la donne ces dernières années avec les docuréalités Refuge animal et Bienvenue au zoo, présentées en soirée, qui ont conquis le public et la critique. Le « vrai réseau » risque de refaire le coup avec Animaux à la retraite, qui fait découvrir les maisons de retraite pour des bêtes qui ont exercé un « métier ». (Dès le 10 septembre, 19 h) Dans la même veine, la série documentaire Un safari près de chez nous explorera le quotidien des gardiens de l’immense ménagerie du Parc Safari (Vie, dès le 17 octobre, 21 h 30).

Le pays des merveilles

Les deux chaînes publiques renouent avec leur tradition maintenant quarantenaire (Passe-Partout, première mouture, a lancé le bal) de diffuser à des heures différentes la même série de fiction quotidienne pour les tout-petits. Ce privilège échoit à Jean-François Bélanger (Les Parent, Il était une fois dans le trouble)et à son équipe d’auteurs, qui dans Alix et les merveilleux, propose une relecture moderne et québécoise du classique de Lewis Carroll racontant les aventures d’une fillette qui découvre un monde étrange sous l’escalier de la maison. (Radio-Canada, dès le 9 septembre, 7 h 30 et Télé-Québec, dès le 23 septembre 17 h 30)

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.