«Human»: la technologie des sens

«Human + Le futur de nos sens» se démarque des autres documentaires sur le sujet par la manière dont chaque épisode aborde les révolutions bioniques faites dans le domaine.
Photo: Explora «Human + Le futur de nos sens» se démarque des autres documentaires sur le sujet par la manière dont chaque épisode aborde les révolutions bioniques faites dans le domaine.

Si maintes avancées technologiques ont révolutionné plusieurs de nos habitudes quotidiennes, il reste que nos cinq sens demeurent souverains quand il s’agit d’interpréter le monde qui nous entoure. Et si l’on révolutionnait aussi ces sens ? C’est le pari que fait la série documentaire Human + Le futur de nos sens, qui explore l’univers de nos cinq sens à travers les avancées technologiques.

En cinq épisodes diffusés sur ICI Explora, cette coproduction franco-canadienne s’est donné pour mission d’ouvrir nos esprits en s’interrogeant sur la façon dont nos sens fonctionnent, tout en démontrant que nous les sous-estimons bien souvent, n’ayant pas conscience de leur plein potentiel. Pour en arriver là, le documentaire nous présente différents scénarios cliniques ou scientifiques dans lesquels l’optimisation d’un sens parvient à rehausser d’autres aspects de l’expérience humaine. Par exemple, on fait la connaissance d’un chercheur montréalais qui utilise des stimuli visuels afin de raffiner les réflexes de certains athlètes.

Human + part aussi à la découverte de personnes ayant un sens plus aiguisé ou plus sensible que la normale. On parle entre autres de Concetta Antico, qui est tétrachromate — c’est-à-dire qu’elle voit plus de couleurs que l’œil humain normal en perçoit en raison d’une mutation génétique qui augmente sa capacité de voir et d’interpréter les rayons lumineux. Ou encore de Clarisse Billet, qui est hyperacousique — une condition de l’ouïe qui rend une personne beaucoup plus sensible aux sons et qui pousse parfois Clarisse à se réfugier dans des chambres silencieuses afin de laisser son cerveau se reposer.

Sens complexe

La série présente aussi des personnes dont l’un des sens est altéré et la façon dont la technologie sensorielle leur vient en aide. C’est réellement là qu’on se rend compte de la complexité d’une telle technologie : des gestes qui nous semblent innés, qu’on fait sans y penser, deviennent une tâche complexe à décortiquer en une multitude de petits détails.

Préparer une tasse de café, par exemple. Pour Bertolt Meyer, il ne s’agit pas simplement de remplir la machine de café moulu et de rincer une tasse avant de la déposer sous le distributeur. Dépourvu de son avant-bras gauche, cet universitaire est doté d’une prothèse bionique qui lui sert de deuxième main et pour laquelle il doit penser à tout : comment contracter son muscle pour tenir une tasse de porcelaine, comment ensuite saisir une cuillère… Sa main gauche est paramétrée par son téléphone cellulaire, un peu comme sa main droite qui, elle, est contrôlée par son cerveau.

Cette prothèse est la plus moderne sur le marché, mais le monde scientifique travaille déjà à l’améliorer — notamment en la dotant d’une sensibilité sensorielle, afin que son propriétaire puisse sentir ce qu’il touche avec elle.

Réinventer les sens

Human + Le futur de nos sens se démarque des autres documentaires sur le sujet par la manière dont chaque épisode aborde les révolutions bioniques faites dans le domaine. La prémisse va donc au-delà d’une simple présentation de nos aptitudes sensorielles ou de conditions telles que la surdité ou la cécité. On présente ici les avancées scientifiques qui permettent soit le contournement de telles conditions, soit l’exploration du plein potentiel de nos sens, très souvent négligé dans notre vie quotidienne.

Un autre aspect intéressant de la série, c’est de voir la façon dont, souvent, plusieurs sens sont sollicités afin d’en rehausser un autre. Par exemple, on peut voir un aveugle qui arrive à détecter des objets et leur distance au moyen d’impulsions sensorielles transmises… par la langue. Ou bien le jeune pianiste prodige Ethan Loch, né aveugle, qui perçoit la musique et s’en sert pour construire le monde autour de lui, ayant appris à jouer du piano avant même de savoir parler. L’épisode final de la série est d’ailleurs entièrement consacré au mélange des sens, autant chez l’humain que dans le développement technologique.

Le tout est porté par une réalisation remarquable et une recherche soutenue qui font de Human + Le futur de nos sens une série documentaire qui fascine du début jusqu’à la fin. En émergeant de celle-ci, on ne pourra s’empêcher de continuer à se questionner sur nos sens et sur la façon dont on perçoit notre monde. Chose certaine, on n’aura peut-être pas toutes les réponses, mais on aura assurément de très bonnes pistes pour poursuivre la réflexion.

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

Human + Le futur de nos sens

ICI Explora, mercredi, 22 h