Sur vos écrans: petits et grands miracles

«Un caillou dans l'univers» est une magnifique lettre d’amour à notre petite planète racontant en dix épisodes pourquoi la vie a proliféré sur ce «petit caillou» plutôt qu’ailleurs.
Photo: Explora «Un caillou dans l'univers» est une magnifique lettre d’amour à notre petite planète racontant en dix épisodes pourquoi la vie a proliféré sur ce «petit caillou» plutôt qu’ailleurs.

Fabuleux caillou

 

Il ne manque pas de séries documentaires sur les beautés fragiles de la planète bleue et sur les mécanismes fabuleux qui rendent la vie possible à sa surface. On n’a qu’à penser à la très belle Planète Terre (2006) de la BBC et à sa suite lancée dix ans plus tard. Pourtant, la série Un caillou dans l’univers (V.F. de One Strange Rock) nous fait oublier un peu ces somptueuses productions en quelques minutes. Cette commande du National Geographic Channel, produite et coordonnée par le cinéaste Darren Aronofsky (Black Swan, Requiem for a Dream), se distingue d’abord et avant tout par sa facture visuelle exceptionnelle. Cette magnifique lettre d’amour à notre petite planète raconte en dix épisodes pourquoi la vie a proliféré sur ce « petit caillou » plutôt qu’ailleurs, à travers des exemples sur le terrain et les explications inspirées de huit astronautes qui ont eu le privilège de voir la Terre de très, très loin. Le comédien Will Smith (oui, vous avez bien lu !) sert en quelque sorte de liant « vulgarisateur » entre les séquences, jouant un peu le rôle de monsieur Tout-le-Monde qui veut s’assurer qu’il a bien compris. Ce drôle de mélange de virtuosité visuelle, de propos scientifiques et parfois philosophiques éclairés et éclairants avec ces apartés plus terre-à-terre fonctionne à merveille. Un exemple de grande télé.


Un caillou dans l’univers
Explora, mercredi, 21h
 

Et peut-être un jour en sortir…

 

Bien loin de la série feuilletonesque Unité 9 et de la comédie dramatique coup-de-poing Orange Is the New Black, cette minisérie française en trois épisodes propose une incursion dans un univers carcéral bien sage en racontant le destin de trois femmes d’horizons très différents qui partagent la même cellule. Toutes sont en attente de quelque chose qui leur permettra de sortir, ou qui les gardera en détention longtemps… Le principal atout de cette production, efficace faute d’être originale, est sans aucun doute la prestation sentie des trois actrices principales (Noémie Lvovsky, Roxane Potereau et Léonie Simaga), qui incarnent des détenues crédibles et attachantes.


Les impatientes
TV5, mardi, 22 h, en rediffusion dimanche, minuit
 

Douloureuse renaissance

 

Ce premier projet de la maison de production des Obama, dans le cadre de l’entente qu’ils ont signée avec Netflix, nous emmène dans la ville de Dayton, en Ohio, devenue tristement célèbre à cause d’une autre tuerie de masse. Ce documentaire raconte les difficultés d’adaptation entre patrons chinois et employés américains dans une usine nouvellement ouverte dans les anciennes installations de GM de cette ville éprouvée de la Rust Belt.


American Factory: un milliardaire chinois en Ohio
Netflix, dès mercredi

Le visionnement en continu

L’acteur comique et scénariste Danny McBride aime bien montrer l’homme blanc très moyen frustré de son sort sous son jour le moins glorieux. Il l’a fait avec l’humour potache qu’on lui connaît et un certain panache dans la récente série Vice Principals (qu’on peut toujours attraper à Z en version française). Sa nouvelle création, ambitieuse par son sujet, à savoir une incursion dans une famille de télévangélistes (les Gemstone du titre) qui s’est construit une réputation et surtout une fortune de façon pas tellement catholique, peine malheureusement à s’élever au-dessus de ses autres projets. Le mélange plus ou moins réussi de satire et de thriller s’avère certes divertissant, mais avec un sujet aussi riche, on se serait attendue à un peu mieux.

Righteous Gemstones
HBO et Crave, dimanche. 22h

L’Afrique de Monsieur Bruno

Il a le délire lumineux, une curiosité insatiable et ce on ne sait quoi dans l’élan vital qui ferait qu’on le suivrait partout sur le globe. Bonne nouvelle, on pourra dès cette semaine renouer avec le regard décalé que pose Bruno Blanchet sur le monde, l’émission Les vacances de Monsieur Bruno ayant été reconduite pour une troisième saison entièrement axée sur l’Afrique. Au vu des premières photos publiées sur Instagram, on s’attend à beaucoup de beautés rassemblées. Pitreries en sus.

Les vacances de Monsieur Bruno, saison 3
Évasion, mercredi, 20h

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.