«Le corps du dictateur»: dictateur un jour, tyran toujours

Il règne autour des dictateurs un «sentiment d’éternité» qui va parfois jusqu’à la «négation de la mort».
Photo: Télé-Québec Il règne autour des dictateurs un «sentiment d’éternité» qui va parfois jusqu’à la «négation de la mort».

Incarnation d’une emprise hors du commun sur le peuple, le dictateur en vient à littéralement matérialiser le corps politique et national. Rien d’étonnant à ce que sa dépouille, qu’elle soit sacralisée comme celle de Lénine, lynchée comme celle de Mussolini ou encore cachée comme celle de Kadhafi, conserve une aura mortifère contre laquelle le temps ne semble pas avoir de prise, montre Le corps du dictateur, qui éclaire cette part intangible avec beaucoup d’intelligence.

Ces disparitions souvent violentes, voire cathartiques, s’inscrivent en effet dans un espace-temps à part, postule la petite équipe de spécialistes qui nous accompagne dans l’exploration de ce funeste club très élitaire. Il règne autour des dictateurs un « sentiment d’éternité » qui va parfois jusqu’à la « négation de la mort », expliquent les historiens Johann Chapoutot, Sabine Dullin et Didier Musiedlak et la juriste Sévane Garibian. Ceux-ci mettent ainsi les sociétés en garde contre les braises latentes de ces héritages toxiques.

Mêlant têtes parlantes et archives, la formule classique dans sa forme, mais éclatée sur le plan des idées, permet de convoquer l’esprit de ceux qui ont marqué l’humanité au fer rouge par leurs emportements mégalomanes, de Hitler à Videla en passant par Franco, Ceausescu ou Mao Zedong. Les réflexions qui naissent de ce panorama sont passionnantes, démontrant à quel point le corps de ces tyrans alimente une fantasmagorie malsaine par-delà la mort, cela, sans jamais dévier de l’objectif premier de ce documentaire : éclairer, sans jamais mythifier.

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

Le corps du dictateur

Télé-Québec, mardi, 20 h