«Le chat ce tueur si mignon»: une machine à tuer au pas feutré

Présent partout dans le monde, le chat a conservé, malgré presque 10 000 ans de domestication, des instincts de prédateur.
Photo: Explora Présent partout dans le monde, le chat a conservé, malgré presque 10 000 ans de domestication, des instincts de prédateur.

« Rien n’est plus doux, plus rare que la robe vibrante d’un chat », disait Maupassant. L’animal de compagnie numéro un et l’un des plus populaires à travers le monde est si mignon, si drôle, si attachant. Une peluche vivante avec une élégance bien à lui. Nous en oublierions presque qu’il se cache derrière cet animal câlin un tueur en série !

Présent partout dans le monde, le chat a conservé, malgré presque 10 000 ans de domestication, des instincts de prédateur. Sa prolifération est un fléau pour certains écosystèmes fragiles, comme en Nouvelle-Calédonie ou en Australie. Sur cette île-continent, la décision fut prise en 2015 d’éliminer deux millions de chats harets d’ici 2020 afin de protéger sa faune unique.

L’humanité, on le sait, se divise en deux catégories : ceux qui adorent les matous et ceux qui ne peuvent pas les voir en peinture. Mais ici, même les gens de la deuxième catégorie seront passionnés par ce captivant documentaire français. Certains diront qu’il montre la vraie nature de cet animal, soit celle d’un carnivore insatiable opportuniste capable de s’attaquer à un très large éventail d’espèces.

Dans un contexte général d’extinction d’espèces, la présence de ce carnivore tout-terrain est dévastatrice pour nombre d’animaux en voie de disparition. Ce film est un voyage sur les traces du chat, vers les zones où l’on cherche à protéger le règne animal menacé du danger que représente le félin. Nous découvrons des écosystèmes fragiles et des animaux étonnants et méconnus — que le chat aime à dominer d’un coup de griffes et mettre sous sa canine.

Le chat ce tueur si mignon

Explora, jeudi, 19 h