Sur vos écrans: émissions spéciales spatiales, polars franchouillards et enfants vedettes

L’histoire de l’exploration spatiale se voit revisitée de fond en comble par d’ambitieux projets documentaires.
Photo: Agence France-Presse L’histoire de l’exploration spatiale se voit revisitée de fond en comble par d’ambitieux projets documentaires.

Spéciales et spatiales

 

Le demi-siècle du premier pas d’un être humain sur la Lune donne à voir et à entendre tout un lot de productions documentaires en format papier, audio et télévisuel. L’histoire de l’exploration spatiale se voit ainsi revisitée de fond en comble par d’ambitieux projets documentaires.

À PBS, la minisérie Chasing the Moon, présentée dans le cadre d’American Experience,propose sur six heures une chronologie de la course vers la Lune et la conquête de l’espace à travers des archives visuelles et sonores en grande partie inédites et les commentaires de plusieurs astronautes (dont Buzz Aldrin), de gens qui ont gravité autour de la NASA, de journalistes et scientifiques, et même du fils de Nikita Khrouchtchev, qui a participé au programme spatial soviétique dans les années 1960.

De son côté, le National Geographic Channel promet également des images et des archives sonores inédites ou très rares dans Apollo : Missions to the Moon, un documentaire consacré à l’iconique programme spatial qui s’est terminé en 1972. La chaîne spécialisée profite de cet anniversaire incontournable pour offrir une programmation spéciale spatiale qui va bien au-delà de la Lune durant toute la semaine.

 
Chasing the Moon
PBS, de lundi à mercredi, 21h

Apollo: Missions to the Moon
National Geographic Channel, dimanche, 21h; en version française à Explora, samedi 20 juillet, 20h

Explorer : Journey to Europa et Challenger Disaster : The Final Mission
National Geographic Channel, lundi, 20 h et 22h

Mars: Inside SpaceX
National Geographic Channel, mardi, 20h

Hubble’s Amazing Journey, suivi de Mission Pluto and Beyond et de Mission Saturn: Inside the Rings
National Geographic Channel, mercredi, dès 20h

Photo: TV5

« Nanars » franchouillards

 

Le thriller policier est un genre intimement lié à l’été, du moins dans sa forme littéraire, puisqu’il trouve souvent une petite place dans le sac de plage des vacanciers redevenus lecteurs. En cette période de disette de nouveautés télévisuelles francophones, on peut étirer le concept à la minisérie policière, à condition de ne pas s’attendre à de grands chefs-d’oeuvre… Deux productions venues de l’Hexagone entrent dans cette catégorie des polars prévisibles et bourrés de clichés, mais tout de même très accrocheurs…

La première, Noces rouges (notre photo), une minisérie en six épisodes de Jeanne Le Guillou et Bruna Dega, relate une enquête sur le décès mystérieux d’une toute nouvelle mariée le jour de la cérémonie qui ravive les secrets familiaux et amoureux des proches de la défunte. Dans les décors somptueux de Cassis et de ses Calanques, les invraisemblances et les intrigues savonneuses et prévisibles pullulent, mais quelques rebondissements bien placés en fin d’épisode donnent le goût de voir la suite…

La seconde est une adaptation de Jean-Christophe Grangé d’un de ses romans, qui a par ailleurs déjà été mis en images au cinéma par Mathieu Kassovitz au tournant du siècle. L’écrivain en a fait une série de quatre enquêtes de son commissaire Niémans, chacune bouclée en deux épisodes. La critique française n’a pas été tendre envers cette collection d’histoires, jugées redondantes, caricaturales, bourrées d’invraisemblances. Il faut être fan…


Noces rouges
TV5, jeudi, 22h

Les rivières pourpres
Tou.tv Extra, dès jeudi

Le visionnement en continu

Les groupes pop créés de toutes pièces par l’industrie musicale ne datent pas d’hier… Les Monkees, ça vous dit quelque chose ? Par contre, il y a fort à parier que vous ne connaissez pas les Parchis, à moins d’avoir grandi dans un pays hispanophone dans les années 1980. Ce documentaire raconte l’histoire de ce groupe pop espagnol dont les membres sont des enfants repérés dans des auditions, un groupe qui a connu un énorme succès auprès d’un jeune public dans la première moitié des années 1980, sur disque et à l’écran. Les petits musiciens devenus grands racontent cette expérience d’exception.
 

Parchis : El documental

Netflix, dès mercredi


Le dernier opus de Singleton

Le cinéaste John Singleton (Boyz N the Hood), également cocréateur de cette chronique à la fois patiente et enlevante de la genèse de la première «épidémie » de crack à Los Angeles dans les années 1980 et de ses dessous politiques, est décédé en avril dernier, au cours de la production de cette troisième saison. L’équipe de la série a d’ailleurs trouvé le moyen de lui rendre un hommage senti (qu’on vous laisse découvrir par vous-même…) dans le dernier épisode de cette saison qui nous ramène à l’été 1984, alors que les protagonistes réalisent l’ampleur des ravages que peut causer cette drogue de rue si lucrative.

Snowfall, saison 3
FX Canada, mercredi, 22h

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.