«Exposciences: finale mondiale»: science académie

De l’assurance quasi effrontée de l’inusable Anjali Chadha à la volonté peu commune d’un imperturbable Ivo Zell, ce portrait contrasté non seulement émeut, mais se reçoit comme une invitation à se surpasser.
Photo: Explora De l’assurance quasi effrontée de l’inusable Anjali Chadha à la volonté peu commune d’un imperturbable Ivo Zell, ce portrait contrasté non seulement émeut, mais se reçoit comme une invitation à se surpasser.

L’irrésistible documentaire Exposciences : finale mondiale (V.F. de Science Fair) s’ouvre sur une explosion de joie pure. Celle qui s’empare littéralement de Jack Andraka, 15 ans, alors qu’il apprend qu’il décroche le prix Gordon E. Moore, l’équivalent de l’or olympique pour les jeunes scientifiques de la planète. Le ton est donné. Ici, le cool a non seulement des lettres, mais il a des chiffres et des idées à revendre.

Primée à Sundance et à SXSW, l’offrande qui porte le sceau de National Geographic est traversée par une ambition contagieuse, celle de neuf ados allumés en lice pour les plus grands honneurs dans le Saint des Saints des exposciences parmi 1700 aspirants aux dents longues. Impossible de ne pas craquer pour Kashfia Rahman, cette brillante jeune adolescente voilée et effacée qui, devant l’apathie que suscitent ses recherches sur la prise de risque sur le cerveau des ados dans un Dakota du Sud qui n’en a que pour son élite sportive, décide de prendre le taureau par les cornes en recrutant… le coach de football de son école pour la parrainer !

À la réalisation, Cristina Costantini et Darren Foster captent leurs confidences empreintes de candeur avec ouverture et une pointe d’humour. Surtout, ils parviennent, et ce en dépit d’une caméra un peu raide et d’un montage qu’on croirait expédié à la truelle, à fixer ce je-ne-sais-quoi qui fait la singularité de ces jeunes. C’est ainsi que, de l’assurance quasi effrontée de l’inusable Anjali Chadha à la volonté peu commune d’un imperturbable Ivo Zell, ce portrait contrasté non seulement émeut, mais se reçoit comme une invitation à se surpasser.

Exposciences : finale mondiale

Explora, samedi, 21 h ; en reprise lundi 14 h et dimanche 16 h