Sur vos écrans: maternité et autres «modernités»

«Tu seras mère ma fille» propose de nombreux extraits d’archives, dont ceux qui témoignent de la réalité de deux lignées de femmes-mères sur plusieurs générations.
Photo: TV5 «Tu seras mère ma fille» propose de nombreux extraits d’archives, dont ceux qui témoignent de la réalité de deux lignées de femmes-mères sur plusieurs générations.

Un siècle de maternité

 

À quelques jours de la célébration aux relents commerciaux de toutes les mamans du monde (ou presque…), la diffusion de ce documentaire sur la (trop lente) évolution du droit des Françaises de choisir si elles deviendront mères de 1918 à nos jours s’avère fort à propos. C’est que cette chronologie des événements politiques, sociaux et économiques qui ont eu une influence sur ce droit, qui est en fait tout récent, suscite immanquablement une réflexion sur le rôle des femmes dans la civilisation occidentale au XXe siècle, bien au-delà des frontières de l’Hexagone : celui de mère semble prendre le dessus sur tous les autres jusqu’à aujourd’hui.

Les nombreux extraits d’archives, dont ceux qui témoignent de la réalité de deux lignées de femmes-mères sur plusieurs générations, montrent que le chemin parcouru par les femmes pour reprendre le contrôle de leur corps des mains de l’État (et de ses politiques natalistes) et en dépit du conservatisme patriarcal ambiant a été particulièrement ardu. Et il l’est encore aujourd’hui.

 
Tu seras mère ma fille

TV5, lundi, 20h
Photo: Radio-Canada

Plaque tournante mondiale

 

Cette enquête du journaliste Maxime Bergeron met en lumière une réalité peu connue : Montréal est la ville d’où sont gérés quelques-uns des plus importants sites pornos au monde. Le journaliste de La Presse, que l’on suit dans ses tentatives d’interroger devant la caméra des dirigeants de certaines entreprises qui s’occupent du volet technique de ces sites et dans certaines entrevues à visage caché, s’intéresse également au développement de la réalité virtuelle dans cette industrie toujours lucrative, mais beaucoup moins qu’avant, la « gratuité » étant le maître mot sur le Web… On sort un peu déçu de ce documentaire qui met un peu trop en scène le journaliste dans ses recherches « terrain » et qui aborde plusieurs angles qui auraient mérité un traitement plus en profondeur.

 
Montréal XXX
Radio-Canada, samedi, 22h30
Photo: Télé-Québec

Les nazis, « amis » des animaux ?

 

En ce jour anniversaire de la capitulation de l’armée allemande en 1945, Télé-Québec diffuse un documentaire français qui fouille un aspect peu connu du régime nazi des débuts : l’instauration de législations très avant-gardistes à l’époque, qui interdisaient la cruauté et la maltraitance envers les animaux. Ce documentaire au ton sensationnaliste (avec raison…) prend pour prétexte cet « amour » des animaux de la part des nazis pour s’intéresser aux expériences de modifications génétiques et comportementales qu’ils ont conduites sur des bêtes pour les poursuivre sur des êtres humains.


39-45: les expériences interdites
Télé-Québec, mercredi, 20h

Le visionnement en continu

Les séries dramatiques adolescentes qui empruntent à l’esthétique de Twin Peaks et qui se distinguent par des intrigues savonneuses et des revirements irréalistes sont en voie de devenir un genre en soi sur les plateformes de visionnement. On n’a qu’à penser aux très populaires adaptations de l’univers de la bande dessinée Archie, Riverdale et Les nouvelles aventures de Sabrina. En voici une autre à classer dans cette catégorie : une relecture moderne de Sa Majesté des mouches. Les jeunes gens de cette série se retrouvent mystérieusement dans une version expurgée de parents de leur ville cossue de Nouvelle-Angleterre.

The Society
Netflix, vendredi

Dompter le monstre

Derrière le monument Shoah, film-fleuve de Claude Lanzmann, il y a le grand art de Ziva Postec, monteuse de génie qui consacrera six ans de sa vie à dompter ce projet titanesque. La cinéaste Catherine Hébert braque la lumière sur cette femme de l’ombre qui a donné sans compter pour mener à terme une oeuvre ayant habité son quotidien jusqu’à l’obsession. Son incursion révèle une figure forte traversée par l’un des chapitres les plus sombres de l’histoire, résolument déterminée à donner une voix aux rescapés de l’Holocauste, quitte à en ressortir marquée à jamais. Une magnifique leçon de cinéma.

Ziva Postec
TV5, lundi, 22h

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.