«Jaune macaroni»: réconfortante nourriture

Cette lettre d’amour peu subtile à ce mets de dépannage offre dans le désordre les témoignages de spécialistes de l’alimentation et de sa mise en marché.
Photo: Canal D Cette lettre d’amour peu subtile à ce mets de dépannage offre dans le désordre les témoignages de spécialistes de l’alimentation et de sa mise en marché.

Ceux qui n’ont jamais apprécié la saveur réconfortante de ce mets très transformé et ultrarapide qu’est le Kraft Dinner — et qui croient bien ne jamais y succomber — n’éprouveront aucun plaisir à regarder ce documentaire très personnel du réalisateur Nicolas Boucher (Arrière-scène, Chacun son île) et son collègue Michel D.T. Lam. Cette enquête, émotive mais très bien documentée, se pencheavec beaucoup de sérieux et une ferveur un peu énervante sur les raisons du succès de ce produit lancé par la multinationale alimentaire en 1937 et dont il se vend un million de boîtes quotidiennement.

Cette lettre d’amour peu subtile à ce mets de dépannage offre dans le désordre les témoignages de spécialistes de l’alimentation et de sa mise en marché (Ricardo Larrivée, Hélène Laurendeau, Sasha Chapman, auteure de Manufacturing Taste), des informations pertinentes sur l’habile déploiement publicitaire autour de ce produit iconique, auxquelles s’entremêlent l’histoire de la ville de Chicago et celle de Kraft, qui y est devenue une entreprise d’importance, et des données de recherche fort intéressantes sur la mémoire olfactive.

Il ressort de ce drôle de mélange que ce sont les souvenirs heureux attachés à la consommation de cette nourriture salée et grasse, à la couleur improbable, qui constituent la clé principale de son succès continu. Les fanas de macaronis à saveur de fromage et ceux qui cèdent à ce plaisir de temps en temps n’en seront pas tellement surpris. Ils tireront sans doute un certain plaisir à regarder ce documentaire sympathique, mais qui s’étire inutilement, et dont les allures quasi publicitaires finissent par énerver… Un peu de mesure n’aurait pas nui.

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

Jaune macaroni

Canal D, jeudi, 22 h