«Une place pour eux»: le refuge

Le documentaire met en lumière le travail exigeant des enseignants et des éducateurs, patients et dévoués, toujours sur le qui-vive, prêts à intervenir si un jeune «explose».
Photo: Unis Le documentaire met en lumière le travail exigeant des enseignants et des éducateurs, patients et dévoués, toujours sur le qui-vive, prêts à intervenir si un jeune «explose».

Ce documentaire n’est pas reposant à regarder. Mieux vaut le savoir tout de suite. Cette incursion sur une année dans l’école St-François, à Québec, qui accueille les enfants aux prises avec de graves problèmes de comportement, s’avère cependant fort intéressante et pertinente. La cinéaste Sabrina Hammoum (L’envol des aigles) a suivi durant toute une année scolaire quelques élèves qui fréquentent cet établissement, où les enfants rejetés par les autres écoles à cause de leur comportement trouvent en quelque sorte un refuge bienveillant.

Le documentaire met en lumière le travail exigeant des enseignants et des éducateurs, patients et dévoués, toujours sur le qui-vive (ils portent des oreillettes et micros assortis en tout temps !), prêts à intervenir si un jeune « explose ». Et on comprend rapidement que ça arrive très souvent…

On les suit dans leurs interventions auprès des élèves afin qu’ils développent des techniques pour canaliser leur énergie, leur colère, pour contrôler dans une certaine mesure leurs comportements violents, bien souvent dirigés contre eux-mêmes, et pour gagner une estime de soi. C’est d’ailleurs ce qui marque quand on s’attarde aux propos d’élèves lors des moments de crise : une tendance à se trouver « pas bons ».

Cette chronologie d’une année scolaire a l’avantage de montrer le chemin parcouru par ces « bons enfants, mais qui ont des problèmes », comme l’explique une des enseignantes, mais elle passe malheureusement un peu trop vite pour qu’on s’attache réellement à ces jeunes au parcours tortueux.

Une place pour eux

Unis, lundi, 21 h, rediffusion mercredi, 12 h 30