Sur vos écrans: relations compliquées

Mani Soleymanlou poursuit sa sympathique exploration des relations familiales à distance dans la suite de la websérie «Connexion en cours».
Photo: LaSerie Mani Soleymanlou poursuit sa sympathique exploration des relations familiales à distance dans la suite de la websérie «Connexion en cours».

La vie n’est pas toujours un jeu vidéo


 

L’industrie du jeu vidéo peut être un univers riche en intrigues de fiction. La première incursion québécoise dans ce milieu, Le jeu, présentée l’an dernier à TVA, n’a pas été à la hauteur des attentes… La comédie aux accents romantiques lancée tout d’un bloc dans l’Extra de Tou.tv cette semaine, qui utilise comme toile de fond cet univers codé, n’est pas un chef-d’oeuvre non plus, mais elle s’avère tout de même amusante, efficace dans son genre (prévisible) et plutôt agréable à regarder. Le tandem d’auteurs Michel Brouillette et Stéphanie Perreault raconte sans sortir des sentiers battus la rencontre improbable entre un concepteur de jeux vidéo sur le point de lancer sa première création (Charles-Alexandre Dubé) et une jeune avocate (Charlotte Aubin) en mal de reconnaissance de ses patrons et en peine d’amour de son ex, un collègue récemment promu qui revient dans les parages. Les destins professionnels passablement mouvementés des possibles tourtereaux les font se recroiser, et pas toujours pour le pire.

Cette production plutôt générique, aux trop nombreux personnages clichés et unidimensionnels et aux revirements prévisibles est heureusement pourvue d’un certain charme, émanant d’une réalisation qui intègre habilement les codes des jeux vidéo et du jeu nuancé de la plupart des acteurs, qui doivent composer avec des personnages assez caricaturaux. Malgré ces réserves, il ne faut pas bouder son plaisir d’engloutir les dix épisodes, aussi rapidement qu’on les oublie…

 
Les bogues de la vie

Extra de Tou.tv, dès mercredi
Photo: Tou.tv

 

La famille à distance, la suite

 

Mani Soleymanlou poursuit sa sympathique exploration des relations familiales à distance dans la suite de cette websérie très « méta », où l’on suit principalement trois membres d’une même famille mais de générations différentes. Alors que, dans la première saison, le personnage de l’homme de théâtre installé à Paris gardait le contact avec sa fille et sa mère (Monique Miller) grâce à la grande toile, c’est au tour de ces dames d’être au loin alors qu’il est rentré au bercail. Une demi-douzaine d’épisodes seront mis en ligne chaque semaine.


Connexion en cours, saison 2
facebook.com/ConnexionEnCours  LaSerie, dès mercredi
 

Une liaison dangereuse

 

On vous en avait glissé mot lors de sa mise en ligne sur Amazon Prime Video. Voici une occasion d’attraper « gratuitement » cette formidable minisérie en quatre épisodes (à raison de deux par soir), réalisée par Stephen Frears (Les liaisons dangereuses) et inspirée d’un véritable scandale politique qui a secoué le Royaume-Uni dans les années 1970 : le chef du Parti libéral britannique Jeremy Thorpe (Hugh Grant, suave à souhait) avait alors été accusé d’avoir tenté de se débarrasser d’un jeune ex-amant un peu trop encombrant (formidable Ben Whishaw)…

On a l’habitude des séries télé qui deviennent des films, mais pas tellement de l’inverse… Ce trépidant film d’action nordique datant de 2011 réalisé par Joe Wright racontait la poursuite d’une agente de la CIA qui tentait d’attraper une fille particulièrement habile, alors interprétée par Saoirse Ronan. Le voici maintenant décliné en série, toujours avec le dramaturge David Farr à la scénarisation.


A Very English Scandal
CBC, jeudis 28 avril et 4 mars, dès 20h

Le visionnement en continu

On a l’habitude des séries télé qui deviennent des films, mais pas tellement de l’inverse… Ce trépidant film d’action nordique datant de 2011 réalisé par Joe Wright racontait la poursuite d’une agente de la CIA qui tentait d’attraper une fille particulièrement habile, alors interprétée par Saoirse Ronan. Le voici maintenant décliné en série, toujours avec le dramaturge David Farr à la scénarisation.

Hanna
Amazon Prime Video, dès vendredi

Shakespeare féminin

La metteure en scène et réalisatrice anglaise Phyllida Lloyd (The Iron Lady, Mamma Mia!) a monté depuis 2012 pour un théâtre londonien quelques pièces du répertoire shakespearien avec des distributions entièrement féminines et resituées à notre époque. Voici une occasion de voir sa version de Julius Cæ​sar, sise dans une prison.

Great Performances: Julius Cæsar
PBS, vendredi, 21h

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.