L’émission «Second regard» disparaît

Alain Crevier animait «Second regard» depuis 1995.
Photo: RDI Alain Crevier animait «Second regard» depuis 1995.

L’émission Second regard disparaît de la grille horaire télévisuelle de Radio-Canada, après 45 ans de diffusion. La directrice générale de l’Information de Radio-Canada, Luce Julien, en a fait l’annonce mardi, précisant qu’une grande partie de l’équipe de l’émission, notamment l’animateur Alain Crevier, sera redéployée sur différentes plateformes de la télévision d’État.

C’est le redéploiement des plateformes numériques qui a poussé la direction de Radio-Canada à prendre cette décision, a expliqué Mme Julien mardi en entrevue. Alain Crevier sera désormais appelé à proposer des reportages dans différentes émissions d’affaires publiques, dont Désautels le dimanche, Enquête, Le téléjournal et L’heure du monde, et sur ICI RDI, qui permettent la production de formats plus longs. Alain Crevier, dont Mme Julien a vanté la crédibilité, deviendra donc un journaliste d’affaires publiques au service de Radio-Canada. Mme Julien précise d’ailleurs que l’heure n’est plus aux rendez-vous télévisuels, et que le créneau de l’émission Second regard, en après-midi, ne générait pas de nouveau public.

« Mais ça n’est pas du tout une décision liée aux cotes d’écoute », a-t-elle dit, attribuant plutôt la décision à des changements dans les habitudes de consommation du public de Radio-Canada.

Les questions de sens, d’éthique et de philosophie intéressent les jeunes, soutient-elle, citant notamment tout le débat entourant l’aide médicale à mourir. Et les nouveaux formats permettront d’en traiter sous une forme plus accessible, particulièrement sous forme de contenu audio, notamment en baladodiffusion, a-t-elle dit.

Ça n’est pas du tout une décision liée aux cotes d’écoute

Interrogée sur la pertinence de maintenir à l’antenne Le jour du Seigneur, qui transmet la messe en direct à Radio-Canada, Mme Julien a souligné que cette décision ne relevait pas du service de l’information, mais que Le jour du Seigneur faisait presque office de service public dans les CHSLD, où les gens ont du mal à se déplacer. Et la diffusion du Jour du Seigneur n’est pas très coûteuse pour la Société d’État, a-t-elle mentionné.

L’émission Cinquième dimension, devenue ensuite Second regard, a été créée il y a 45 ans par le service des émissions religieuses de Radio-Canada. Elle s’est ensuite transformée en émission d’affaires publiques abordant les questions de sens sous toutes leurs formes.

Une disparition « déplorable »

Pour Alain Gignac, directeur de l’Institut d’études religieuses de l’Université de Montréal, la disparition de l’émission est déplorable « s’il n’y a pas de solution de remplacement. L’émission abordait des enjeux sociétaux importants », a-t-il dit. « Nous abordons les religions dans leurs aspects positifs et négatifs, a-t-il ajouté. Pour nous, c’est l’héritage de l’humanité ». L’émission Second regard ratissait large, mentionne-t-il, non seulement autour des questions religieuses, mais aussi souvent philosophiques ou liées aux spiritualités. À sa connaissance, il n’existe aucune autre émission, sur aucune plateforme québécoise, qui diffuse un tel contenu. « L’émission Second regard n’a jamais cessé de s’adapter à l’évolution de la société grâce à l’engagement de ses artisans. C’est pour cette raison que nous continuerons à nous intéresser à ces thématiques qui gardent encore aujourd’hui toute leur pertinence », a dit Luce Julien.

« C’est la fin du rendez-vous télévisuel de Second regard, mais ça n’est pas la fin de la fabrication de contenu sur la quête de sens philosophique et humaniste », a-t-elle conclu.

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.