«Offensive jeunesse» en ligne de Radio-Canada: ça vaut le coût?

La nouvelle série «14 mille millions de choses à savoir»
Photo: Tou.tv La nouvelle série «14 mille millions de choses à savoir»

Il y a quelques semaines, le jour même du lancement du Passe-Partout nouveau sur les ondes de Télé-Québec, ICI Radio-Canada invitait la presse à découvrir sa nouvelle « offensive » pour attirer sur ses plateformes les publics enfant et adolescent, qu’elle reconnaissait avoir un peu délaissés au cours des dernières années.

Ainsi, le diffuseur public promettait une quarantaine de nouveaux titres sur sa plateforme numérique, tant dans le volet payant que dans celui gratuit, dont une dizaine de productions originales, en ondes dès le mois de mars. Certaines acquisitions étrangères sur la vingtaine offertes dans la section payante de Tou.tv sont déjà diffusées ou l’ont été récemment à Télé-Québec (La tribu Monchhichi, Mini-Ninjas, Les légendaires, Nos voisins les pirates), ou sont visibles sur d’autres plateformes numériques populaires. Le Devoir s’est attardé sur certaines productions originales qui pourraient attirer de nouveaux abonnés à l’Extra de Tou.tv., s’adressant plus particulièrement au public adolescent, qui a l’habitude de consommer ses contenus télévisuels en ligne.

Retour aux sources

S’il y a une série qui vaut vraiment le détour dans ce lot pour ados, c’est bien 14 mille millions de choses à savoir, un « magazine » de culture générale qui marie à merveille connaissances plus ou moins utiles et franche rigolade, et pas juste pour les moins de 18 ans.

Cette production cousine de la fesse gauche de Cochon dingue à Télé-Québec, pour son heureux mélange de documentaire et de fiction, n’est pas sans rappeler l’esprit déjanté de l’émission-culte des années 1980 Pop Citrouille et de sa petite sœur Court circuit. Le formidable quatuor de comédiens que forment Pier-Luc Funk, Gabrielle Fontaine (dont on oublie complètement la nouvelle Passe-Carreau…), Anna Beaupré-Moulounda et Pierre-Yves Roy-Desmarais semble s’amuser ferme dans l’enfilade de sketchs plus ou moins absurdes, de parodies de phénomène de la culture populaire et de numéros chantés qui rappellent souvent ceux des Appendices. Les 15 minutes de chacun des épisodes où l’on apprend trois ou quatre choses basées sur des chiffres entre 0 et 14 mille millions passent comme un coup de vent. Les dix premiers épisodes sont disponibles. On a déjà hâte de voir les suivants, qui seront mis en ligne en juin et en août.

Errances adolescentes

Les deux nouvelles fictions pour ados, dont les premiers épisodes seront dévoilés jeudi prochain, s’inspirent également d’une foule de productions du genre, mais s’avèrent un peu moins enthousiasmantes, du moins avec nos yeux d’adulte, qui en ont vu beaucoup, beaucoup d’autres. C’est sans doute un peu la faute de John Hughes…

La comédie dramatique Avec moi raconte le quotidien de Rosie (Milya Corbeil Gauvreau), une jeune youtubeuse de 16 ans dont la vie « normale », avec ses grands et petits drames de couple et d’amitié, se heurte à sa popularité nouvelle et surtout à son besoin effréné de l’entretenir. Les premiers épisodes que nous avons pu voir sont somme toute bien écrits, bien réalisés et bien interprétés, mais le message sur la futilité de l’existence numérique et son impact sur la vie réelle aurait gagné à être livré un peu plus subtilement…

Photo: Tou.tv

L’autre comédie dramatique proposée, Nomades, rappellera à certains le film L’auberge espagnole par sa prémisse : une jeune femme du Bas-Saint-Laurent en remise en question part travailler dans une auberge de jeunesse montréalaise, où elle côtoiera des voyageurs qui s’y attardent ou y travaillent, certains fort sympathiques et peut-être plus, d’autres beaucoup moins. Ce récit initiatique, certes assez prévisible et plutôt sage, est porté par une réalisation compétente et une distribution enthousiaste, dont certains acteurs manquent toutefois un peu de crédibilité à cause de leur accent étranger pas toujours réussi.

Photo: Tou.tv

Rien de révolutionnaire, donc, dans ces deux productions, qui ne se distinguent pas tellement d’autres titres récents dans la même catégorie sur d’autres chaînes ou plateformes, comme Le chalet et Jérémie à Vrak ou L’académie à TVA et sur Illico.

Est-ce que les jeunes téléspectateurs susceptibles d’être intéressés par ces séries seront prêts à supplier leurs parents de s’abonner au volet payant de la plateforme numérique radio-canadienne pour les regarder ? On peut en douter. C’est donc en territoire familial déjà conquis à Tou.tv qu’ICI Radio-Canada risque d’atteindre ce public ado qu’il espère garder dans son giron. Du moins pour l’instant. La suite de « l’offensive » nous le dira…