«La Méditerranée va-t-elle passer l’été?»: mer sous pression

Durant la belle saison, 300 millions de touristes se disputent un bout de sable sur les flancs pressurisés de la Méditerrannée.
Photo: Télé-Québec Durant la belle saison, 300 millions de touristes se disputent un bout de sable sur les flancs pressurisés de la Méditerrannée.

La Méditerranée est la première destination touristique au monde. À la belle saison, ils sont 300 millions à se disputer un bout de sable sur ses flancs pressurisés. En 2030, ils seront 200 millions de plus. Ajoutez à cela une pression démographique fulgurante et un développement industriel et économique débridé qui poussent cette mer semi-fermée au bord du burn-out, comme le laisse entendre une enquête journalistique d’Arte au titre pour le moins évocateur : La Méditerranée va-t-elle passer l’été ?.

Avec 10 % de la biodiversité marine en son sein, la Grande Bleue charrie bien plus qu’un rêve de vacances. Or, la saturation des activités l’entourant est devenue telle qu’elle menace d’en faire la plus grande mer morte au monde. La formule-choc est dûment documentée par des journalistes qui, sous la houlette du réalisateur Alexis Marant, en décortiquent tous les angles, qu’ils soient économiques, politiques, scientifiques, environnementaux ou sociaux.

D’Espagne, où l’on déroule sciemment le « tapis bleu » aux touristes, jusqu’au Liban, où les déchets sont enfouis sur les berges avec la bénédiction du pouvoir, ce documentaire dense accumule les témoignages éclairants et les statistiques affolantes. Ceux-ci sont posés sur des plans contrastés de la Grande Bleue, entre des images d’Épinal à faire rêver et leurs revers effarants faits d’abus éhontés de toutes sortes. Oui, le ton est à l’alarme. Reste que la démonstration tient la route et, si elle n’apporte pas de solutions, elle a de quoi éveiller les consciences.

La Méditerranée va-t-elle passer l’été ?

Télé-Québec, mercredi, 20 h ; en reprise jeudi 14 h