Un documentaire sur le «patient zéro» à l’affiche du festival Hot Docs

Laurie Lynd a réalisé ce documentaire canadien, qui aborde «l’homophobie derrière les manchettes» sur cette épidémie.
Photo: Kevin Winter Getty Images Laurie Lynd a réalisé ce documentaire canadien, qui aborde «l’homophobie derrière les manchettes» sur cette épidémie.

Un documentaire visant à rétablir la réputation d’un agent de bord québécois qui avait été surnommé le « patient zéro » au tout début de l’épidémie de sida, dans les années 1980, sera présenté en première mondiale au Festival international canadien du documentaire Hot Docs, à Toronto.

Killing Patient Zero est parmi les quinze nouveaux films annoncés mardi par les organisateurs du festival, qui se déroulera du 25 avril au 5 mai.

Laurie Lynd a réalisé ce documentaire canadien, qui aborde « l’homophobie derrière les manchettes » sur cette épidémie.

L’agent de bord québécois était soupçonné d’avoir « propagé » l’épidémie de sida aux États-Unis, mais récemment, une recherche a officiellement écarté cette hypothèse. Selon une étude publiée dans la revue scientifique Nature en 2016, le virus circulait au pays depuis au moins les années 1970, et il provenait apparemment des Caraïbes. L’agent de bord n’aurait été en fait qu’une des nombreuses personnes déjà infectées avant la « découverte » de la maladie par les scientifiques.

15
C'est le nombre de nouveaux films annoncés mardi par les organisateurs du festival Hot Docs.

Parmi les autres documentaires projetés en première mondiale, on retrouve Toxic Beauty, de Phyllis Ellis, qui parle des « vilains secrets de l’industrie des cosmétiques ». Les festivaliers pourront aussi visionner Push, de Fredrik Gertten, dans lequel un spécialiste des Nations unies originaire d’Ottawa voyage à Toronto et partout dans le monde pour étudier l’enjeu du logement abordable.

The Corporate Coup d’État, de Fred Peabody, aborde la démocratie aux États-Unis, tandis que Knock Down the House, de Rachel Lears, suit quatre politiciennes pendant les élections de mi-mandat, dont l’étoile montante du Parti démocrate Alexandria Ocasio-Cortez. Dans Buddy, la réalisatrice Heddy Honigmann examine la relation complexe entre les chiens d’assistance et leur propriétaire.

La réalisatrice Jacqueline Olive discute quant à elle du « traumatisme persistant de plus d’un siècle de lynchage et de violence raciale continue » dans Always in Season. Finalement, Nothing Fancy : Diana Kennedy, d’Elizabeth Carroll, présente une chef de 96 ans surnommée « la Mick Jagger de la cuisine mexicaine ».

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.